Assurance de prêt journaliste


La profession de journaliste ou de reporter comporte des risques qui sont pénalisants lorsqu’il s’agit de souscrire une assurance emprunteur pour garantir un prêt immobilier. L’assureur peut appliquer une surprime ou des exclusions de garanties, voire opposer un refus si le niveau de risques est trop élevé. La délégation d’assurance apporte une réponse adaptée aux emprunteurs journalistes, prenant en compte les spécificités de leur métier.

Journaliste : métier à risques

Le métier de journaliste ou de reporter est une profession passionnante, mais elle comporte des risques significatifs.

Les risques physiques sont parmi les plus évidents et fréquents. Les journalistes de terrain qui couvrent des conflits armés, des manifestations violentes ou des catastrophes naturelles s'exposent à des situations dangereuses, que l'événement se déroule en France ou à l’étranger. Ils peuvent être blessés, attaqués, enlevés, voire tués. Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) recense chaque année de nombreux cas de journalistes victimes de violences dans l’exercice de leurs fonctions. Ces dangers physiques ne se limitent pas aux zones de guerre. Tout journaliste qui délivre une information, peu importe le support, peut être pris à parti et menacé.

Les risques psychologiques sont également significatifs. L’exposition répétée à des scènes de violence, de souffrance ou de désastres peut entraîner des traumatismes psychologiques. Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) est courant parmi les journalistes ayant couvert des événements particulièrement choquants. Le stress chronique lié à des conditions de travail imprévisibles et dangereuses peut aussi affecter leur santé mentale à long terme.

Les risques légaux constituent une autre menace majeure. Dans de nombreux pays, les journalistes sont confrontés à des lois restrictives et à des gouvernements hostiles. Ils peuvent être arrêtés, emprisonnés ou poursuivis en justice pour des accusations souvent fabriquées, telles que la diffamation ou la menace à la sécurité nationale. La censure et la surveillance constante sont des réalités qui mettent en danger la liberté de la presse et la sécurité des journalistes.

On peut ajouter les risques sanitaires si le professionnel se rend dans des pays où il est susceptible de contracter un virus (Ebola, rage, polyo…), une maladie tropicale (fièvre jaune, dengue, paludisme, chikungunya…) ou d’être en contact avec des animaux dangereux ou venimeux.

Pour toutes ces raisons, la profession de journaliste ou de reporter est considérée comme un métier à risques en assurance emprunteur. Les organismes assureurs, banques comme prestataires concurrents, tiennent compte des particularités de ce métier dans leur évaluation du risque. 

Formalités de souscription à l’assurance emprunteur journaliste

Si vous êtes journaliste, le formulaire de souscription comporte un questionnaire ciblé sur la profession que vous exercez. L’assureur cherche à évaluer votre profil et les risques potentiels auxquels vous êtes exposé en tant que journaliste ou reporter. L’évaluation des risques est complétée par le questionnaire de santé.

Questionnaire journaliste

Vous devrez répondre à diverses questions relatives à votre profession (liste non exhaustive) :

  • Quelle est votre profession exacte ? Votre statut ? : journaliste indépendant ou freelance, journaliste salarié, reporter, photographe, cameraman, preneur de son, etc.
  • Quelle est votre spécialité ? : actualités, sport, justice, politique, grands reportages, mode, tourisme, etc.
  • Pour quel média travaillez-vous ? : presse écrite, presse en ligne, télévision, radio
  • Êtes-vous amené à vous déplacer régulièrement ? Si oui, par quel moyen de transport ?
  • Êtes-vous amené à travailler dans un pays étranger ? Si oui, par quel moyen de transport ?
  • Couvrez-vous les zones de conflit armé ou de turbulences sociales et politiques ?
  • Avez-vous déjà été victime d’agressions ou d’accidents dans l’exercice de vos fonctions ?

Questionnaire de santé

Tout emprunteur doit remplir le questionnaire de santé (sauf exception, voir encadré), quel que soit son profil. Ce document renseigne l’assureur sur vos antécédents et votre état actuel de santé et va lui permettre d’affiner le niveau de risques en complément des risques purement professionnels.

Vous êtes sommé de répondre à ce questionnaire en toute bonne foi, sans omission ni fausse déclaration. À défaut, l’assureur peut refuser de vous indemniser, voire de frapper le contrat de nullité, que le sinistre soit ou non en lien avec l’information manquante.

Vous devez notamment déclarer si vous avez été placé en arrêt de travail durant les cinq dernières années, et en fournir les justificatifs. Vous devez aussi mentionner si vous souffrez d’une maladie de longue durée (ALD), ainsi que les traitements en cours, les interventions chirurgicales subies et celles éventuellement programmées.

L’assureur peut demander un complément d’information en fonction des réponses (bilan de santé, imagerie médicale, test d’effort, ECG, analyse de sang, etc.). Vous indiquez par ailleurs si vous êtes fumeur ou non-fumeur, le tabagisme étant un risque de santé entraînant un surcoût en assurance emprunteur.

Important : vous n’avez pas à remplir de questionnaire de santé si le montant de votre prêt immobilier n’excède pas 200 000€, avec un solde avant votre 60ème anniversaire. Quels que soient vos antécédents de santé, vous échappez à la sélection médicale et bénéficiez d’une assurance emprunteur sans surprime ni exclusion de garantie pour cause de risques médicaux, seuls les risques professionnels étant évalués.



Important : vous bénéficiez du droit à l’oubli si vous êtes en rémission d’un cancer depuis au moins 5 ans. Ce dispositif vous dispense de déclarer votre ancienne pathologie dans le questionnaire de santé. Il s’applique également à l’hépatite virale C.

Il vous sera également demandé si vous pratiquez un sport dangereux ou extrême lors de vos loisirs. Les activités sportives à risques élevés de blessures et d’accident, voire de décès (parapente, voltige aérienne, kite surf, motocross, ski hors piste, etc.), entraînent des exclusions de garantie : tout sinistre dans le cadre de la pratique du sport concerné ne sera pas indemnisé par l’assurance emprunteur.

Quelles garanties assurance prêt immobilier pour emprunteur journaliste ?

En fonction des réponses fournies, l’assureur peut décider de :

  • accorder de garantir le prêt immobilier à des conditions standards sans surprime ni exclusion des risques du métier ;
  • accepter d’assurer en appliquant une surprime sur les garanties invalidité et incapacité de travail ;
  • refuser l’assurance en raison de risques jugés trop élevés.

En cas d’acceptation, quel que soit le niveau de risque, le contrat d’assurance emprunteur repose toujours sur deux garanties obligatoires : la couverture en cas de décès et la perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA). Si vous décédez ou êtes déclaré dépendant à 100%, l’assureur prend en charge le capital restant dû, vos ayants droit étant déchargés de la dette immobilière.

S’ajoutent des garanties incapacité et invalidité afin de compléter votre protection en tant que journaliste ou reporter :

  • la garantie ITT (Incapacité Temporaire Totale de travail), qui intervient en cas d’arrêt de travail pour maladie ou accident ;
  • la garantie d’invalidité permanente totale (IPT) si vous souffrez d’une invalidité à un taux supérieur à 66% ;
  • la garantie d’invalidité permanente partielle (IPP), activée si le taux d’invalidité de est compris entre 33% et 66%.

La garantie ITT sera systématiquement exigée par la banque prêteuse pour un crédit destiné à financer l’achat de la résidence principale.

La garantie perte d’emploi peut éventuellement compléter la couverture, mais elle concerne uniquement les emprunteurs employés en CDI. 

Les garanties minimales exigées par la banque pour couvrir votre prêt immobilier sont détaillées dans la fiche standardisée d’information (FSI) qu’elle vous aura obligatoirement remise au moment de votre demande de financement.

Comment trouver la meilleure assurance emprunteur pour journaliste ?

Comme tout emprunteur, même en tant que profil à risque professionnel, vous bénéficiez du libre choix de l’assurance de prêt

La loi Lagarde vous autorise à refuser de souscrire à l’assurance proposée par votre banque pour lui préférer une offre alternative moins chère à garanties équivalentes auprès d’un assureur concurrent. Les formules bancaires étant mutualisées, elles ne conviennent pas aux profils à risques (âge, santé, profession) ; il est conseillé de se tourner vers les formules externes individualisées, assorties de garanties sur-mesure. 

Utilisez un comparateur d’assurance de prêt immobilier pour trouver l’offre qui répond à vos besoins au meilleur prix. Appuyez-vous sur la FSI afin de respecter l’exigence de la banque en matière d’équivalence de garanties. Vous pouvez aussi solliciter les services d’un courtier en assurance emprunteur pour vous accompagner dans toutes vos démarches, de la recherche du contrat adapté aux formalités de souscription.

Si vous avez souscrit à l’assurance de la banque, vous pouvez toujours faire valoir votre droit à délégation. La loi Lemoine permet en effet à tout emprunteur de changer d’assurance de prêt immobilier à tout moment, et ce, dès le lendemain de la signature de l’offre de crédit. Vous avez l’opportunité de faire des économies mais aussi de renforcer votre protection. Alors résiliez votre contrat d'assurance bancaire dès maintenant !

Je compare