Achat immobilier : faut-il passer par une agence ou un particulier ?


Quand on décide d'acheter un bien immobilier, deux choix se présentent : passer par une agence immobilière ou contracter directement avec le propriétaire. Pour arbitrer, voici tous les avantages et les inconvénients de chaque option.

L'achat immobilier par une agence

On n'acquiert pas un bien immobilier comme on achète un aspirateur. Au-delà de l'enjeu financier, qui implique le plus souvent d'avoir recours à un prêt bancaire à rembourser sur de longues années, acheter un logement correspondant à ses besoins et à ses goûts nécessite de faire le tour des offres, de savoir lire une annonce immobilière et de connaître le niveau des prix dans la zone de recherche : ne pas se tromper, trouver le bien de ses rêves et l'acheter au juste prix. 

La démarche est non seulement chronophage mais elle requiert une certaine connaissance du marché local et de la réglementation propre à l'immobilier. Seul un professionnel peut vous apporter cette expertise.

Une bonne connaissance du marché immobilier

Une agence immobilière est viable uniquement si elle vend ou loue des biens. Elle est rémunérée sur le prix des biens qu'elle réussit à vendre ou/et grâce à la gestion des logements mis en location. Son cœur de métier est de diffuser des annonces de vente et de location (maisons, appartements, terrains, locaux), et d'effectuer des recherches pour le compte de particuliers acquéreurs via des mandats. 

En tant qu'acheteur, vous pouvez tout à fait confier à l'agent immobilier le soin de trouver pour vous le logement selon les critères que vous lui aurez transmis (type de bien, surface, nombre de pièces, quartier, commodités, fourchette de prix, etc.). Il vous fera différentes propositions, organisera les visites, servira d'intermédiaire entre vous et le vendeur, et accompagnera les deux parties jusqu'à la conclusion de la vente.

En tant que professionnel agréé, l'agent connaît parfaitement la législation qui encadre l'immobilier, notamment les procédures obligatoires comme les diagnostics imposés lors d'une vente, également les droits de préemption de la commune, les dispositifs d'investissement locatif ou encore les règles de copropriété.

Une juste évaluation des prix du marché

Lucides ou pleins d'illusions quant à la valeur réelle du logement mis en vente, les propriétaires ont souvent la fâcheuse tendance à surévaluer leur bien. L'agent immobilier est là pour leur ouvrir les yeux et leur rappeler que l'objectif final est la vente du logement le plus rapidement possible au juste prix. 

Le rôle de l'agent est d'estimer le bien à la valeur qui correspond au niveau du marché, par ses caractéristiques intrinsèques et par l’équilibre ou le déséquilibre offre/demande. Si le bien est surestimé, l'agent s'escrimera à dénicher un acheteur, parfois en vain et ne touchera pas sa commission. Grâce à sa totale objectivité, vendeur et acheteur peuvent faire affaire. Si sa responsabilité n'est pas engagée en cas d'échec (il ne trouve pas d'acheteur), l’agent immobilier se fixe néanmoins une obligation de résultat s'il veut être payé pour le travail accompli. Il a en revanche une obligation de moyens, c'est-à-dire qu'il s'engage à faire tout ce qui est en son pouvoir pour satisfaire sa mission.

L'obligation d'information et de conseil de l'agent immobilier

La profession d'agent immobilier est strictement réglementée. Cet expert est en outre tenu à un devoir d'information et de conseil qui repose sur une construction jurisprudentielle : il doit loyalement délivrer toutes les informations en sa possession de nature à influer sur la décision de l'acheteur et se renseigner sur tous les éléments importants liés à la qualité du bien. Il doit porter à la connaissance de l'acquéreur toutes les informations qui n'auraient pas été mentionnées par le vendeur, vérifier l'exactitude des informations qu'il transmet aux parties, et informer l'acquéreur des vices apparents du bien mis en vente. 

Il doit par ailleurs attirer l'attention du vendeur sur l'importance de ne pas dissimuler d'informations aux futurs acquéreurs et sur les risques encourus s'il s'y refusait. À l'inverse, l'agent immobilier n'est pas responsable si le vice est caché.

Par ses conseils avisés, l'agent immobilier supplée à l'inexpérience de ses clients : il doit influer positivement sur leur comportement dans le sens de leur intérêt. Il est également possible de lui confier la rédaction de l'avant-contrat de vente (compromis ou promesse de vente) d'un commun accord entre les parties. 

Mais face à la complexité du droit immobilier qui engage la responsabilité de l'agent, cette tâche est de plus en plus souvent laissée aux bons soins du notaire.

Agence immobilière : un service qui se paie

L'inconvénient majeur est la rémunération de l'agence en cas de conclusion de la vente. Les frais d'agence sont libres contrairement aux frais de mutation (frais de notaire) qui sont réglementés. L'obligation porte uniquement sur leur affichage sur tous les supports physiques et digitaux. L'annonce en vitrine, dans la presse ou sur le site en ligne doit clairement préciser le prix de vente honoraires inclus et hors honoraires, ainsi que le montant des honoraires de l'agent exprimé en pourcentage du prix de vente hors honoraires, également stipuler s'ils sont à la charge du vendeur ou de l'acquéreur.

En moyenne, les frais d'agence représentent 5% du prix de vente du bien immobilier, mais ils peuvent aller jusqu'à 10% selon les clauses du contrat de transaction. Ils sont généralement dégressifs à mesure que le prix de vente augmente. Dans la plupart des cas, ils sont dus par le vendeur, car c'est lui qui signe le mandat de vente avec l'agence.

L'achat immobilier entre particuliers

Les avantages de l'un font défaut à l'autre. La vente entre particuliers nécessite du temps et de prendre toutes les précautions pour éviter les déconvenues. Elle présente quelques atouts, communiquer directement avec le vendeur par exemple, mais surtout faire des économies, ce qui n'est pas le moindre.

Une recherche à vos frais et sur votre temps ...mais un contact direct

Environ un tiers des ventes immobilières se font entre particuliers, avec des variations selon les années entre 25% et 35%. Une proportion qui aurait tendance à augmenter légèrement grâce au développement d'internet, malgré la complexité toujours plus lourde des formalités. La recherche par vous-même demande d'investir de votre temps, de lire les journaux et de surfer longuement sur le net pour éplucher les annonces et sélectionner celles qui correspondent peu ou prou à vos souhaits, de contacter les propriétaires, d'organiser les visites, qui peuvent se situer loin de votre domicile actuel, et de faire tout le suivi administratif (échange de mails, de courriers pour récupérer les documents nécessaires à la vente).

L'avantage est le contact direct, sans un intermédiaire qui pourrait tarder à transmettre les informations et communiquer l'avancée de la négociation. En contractant directement avec le vendeur, vous bénéficiez d'une plus grande réactivité.

L’économie des frais d'agence

La principale motivation d'un acheteur qui contracte directement avec le vendeur est pécuniaire. Exit les frais d'agence qui sont parfois à la charge de l'acheteur et qui viennent dans ce cas augmenter mathématiquement les frais de notaire. En faisant valoir l'absence de frais d'agence à la charge du vendeur, vous pouvez en tant qu'acheteur obtenir une meilleure offre.

Attention au prix !

Le vendeur est souvent la présomption que son bien est unique, voire exceptionnel. Il lui accorde, de manière tout à fait légitime, une valeur sentimentale, qui ne se monnaye pas, mais dont il tient compte dans la détermination du prix de vente, alors qu'une agence immobilière aura un regard neutre et se basera sur des critères objectifs.
N'hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel du secteur (architecte, artisan) lors de vos visites : son œil d'expert vous évitera d'éventuelles mauvaises surprises.

Acheter par une agence ou directement au particulier : une réglementation identique

Pour vendre son logement en direct ou via une agence, le vendeur doit fournir à l'acheteur le Dossier de Diagnostic Technique (DDT), document révélant l'état de l'habitation, qui est à remettre au plus tard le jour de la signature de l'acte, et qui contient tous les diagnostics obligatoires.

Que la vente se déroule via une agence immobilière ou entre particuliers, le droit immobilier s'applique. La transaction doit obligatoirement être signée devant un notaire : en plus de la rédaction de l'acte authentique, cet officier ministériel a pour mission de s'assurer que l'opération respecte la législation. Soumis à un devoir de conseil et d'information, le notaire vérifie, sécurise, acte et authentifie la vente. Il se doit de respecter les intérêts de chaque partie, et doit s'assurer de la validité des documents nécessaires au bon déroulement de la vente : situation hypothécaire du bien, diagnostics, état des charges de copropriété, droit de préemption, etc.

Acheter entre particuliers ou par une agence immobilière ? Un choix personnel qui dépend de votre capacité à négocier directement et de vos connaissances en matière de construction et de droit immobilier.