Les prix de l'immobilier vont-ils baisser en 2020 ?


prix immobilier covid confinement crise

Secteur essentiel à l'économie du pays, l'immobilier souffre tous les maux avec la crise sanitaire due au Covid-19. La timide reprise de l'activité ces derniers jours incite les professionnels à émettre des pronostics. Si le volume annuel fera défaut pour cause d'arrêt durant deux mois, les Français auront-ils à l’avenir toujours autant d'appétit pour la pierre ? Les prix vont-ils se heurter au contexte dégradé ? Notaires, économistes, agence de notation, les avis convergent quant à une forte détérioration du marché avec des chiffres variables.

Les notaires pessimistes pour 2020

Dans leur dernière note de conjoncture publiée fin avril 2020, les notaires analysent la situation inédite qui frappe le marché immobilier français. Après un dynamisme exceptionnel en 2019 (plus d'un million de transactions dans l'ancien) et un démarrage en trombe début 2020 (+11% sur un an au 31 janvier 2020), le marché s'est brutalement arrêté pour cause d'état d'urgence sanitaire. Le confinement a mis en attente quelque 100 000 avant-contrats que les notaires espèrent se voir confirmés au cours du deuxième trimestre avec la réouverture de leurs offices et la possibilité pour les Français de déménager.

À moyen terme, les notaires n'attendent pas de ce "rebond technique" qu'il efface les séquelles douloureuses de l'arrêt de l'activité immobilière durant huit semaines. La régularisation des actes va s'étaler sur les deux et trois mois prochains compte tenu de "l'inertie" et des délais habituels du marché. Il faut s'attendre à une contraction du volume des transactions durant l'été prochain, même si la saison est par tradition un temps fort pour l'immobilier.

À long terme, les notaires ne cachent pas leur pessimisme. La forte récession économique qui touche la France et le reste du monde va repousser la reprise du marché immobilier à fin 2020, voire en début d'année 2021, sans toutefois retrouver le dynamisme de 2019. Si la crise sanitaire et la douloureuse expérience du confinement ont exacerbé l'importance du logement, l'accès à la propriété va dépendre des capacités d'achat des ménages et des conditions de financement des banques. Les notaires craignent que les établissements de crédit ne resserrent plus encore les consignes du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) édictées fin 2019, ce qui aurait pour effet d'exclure les dossiers les moins solides, à commencer par les primo-accédants. Problème que les courtiers en crédit ont soulevé dès janvier 2020.

Le marché immobilier soumis à la capacité d’achat des ménages et aux conditions d’emprunt

De nombreux candidats à l'acquisition vont sortir du marché immobilier en raison des conséquences de la crise sanitaire. La sanction des chiffres est tombée jeudi 28 mai : Pôle Emploi comptabilise 843 000 chômeurs supplémentaires en avril, soit une augmentation de 22,6%, ce qui porte à 4,5 millions de demandeurs d'emplois en catégorie A. Il est à craindre des défaillances d'entreprises en grand nombre dans les prochaines semaines, ce qui implique comme corollaire l'absence du marché immobilier de certaines catégories professionnelles lourdement touchées par la perte d'emploi (hôtellerie-restauration, automobile, tourisme, événementiel, commerces). Malgré des taux d'emprunt toujours attractifs, le marché de l'accession et de l'investissement locatif souffre et souffrira du manque de confiance des Français dans le long terme. Tout dépendra de la durée de cette crise sanitaire et de sa virulence à creuser plus profondément la crise économique.

Les prix immobiliers orientés à la baisse en 2020

Comme chacun le sait, les notaires sont les seuls à détenir les vrais chiffres de l'immobilier, puisque toutes les transactions sont finalisées par leurs soins. Sur un an fin 2019, les prix de logements anciens en France métropolitaine ont augmenté de 3,7%, une progression plus nette pour les appartements (+5,2%) que pour les maisons (+2,6%). Sur la base des avant-contrats, la projection sur un an à fin mai 2020 est de +6,4% pour les appartements et de +3,9% pour les maisons. Quelles sont les prévisions pour les mois à venir ?

Avec une demande fragilisée par la crise, nul doute que le marché, en perte de vitesse, va s'adoucir et céder quelques points. L'agence de notation Standard & Poor's anticipe un repli de 1,4% pour 2020 et une relative stabilité en 2021 (-0,5%). La tendance haussière n'est pas attendue avant 2022 (+2,5%). Attentif au très mauvais signal de la désolvabilisation des ménages, Henry Buzy-Cazaux, président de l'Imsi (Institut du management des services immobiliers), est moins confiant et prédit un recul des prix de 5% à 10% dans les grandes métropoles et jusqu'à 15% dans les villes de taille moyenne. Pour Michel Mouillart, économiste et président de l'Observatoire des crédits aux ménages, le recentrage du marché vers les clientèles les plus aisées est de nature à maintenir les prix immobiliers. En substance, il faut comprendre que les ménages des classes moyennes et modestes vont peiner à accéder à la propriété, surtout si les banques appliquent à la lettre les recommandations du HCSF.

Sans surprise, Paris devrait faire de nouveau exception et creuser plus encore le fossé avec les régions. La pénurie de logements conjuguée à une demande toujours forte sur les biens les plus recherchés devrait stabiliser les prix en dépit de la crise. Le conditionnel est bien évidemment de mise, puisqu'une diminution sensible de la demande aurait pour effet un recul général des prix.

Il est pourtant certain que le volume d'activité va être lourdement pénalisé. En temps normal, les mois de mars et d'avril enregistrent 20% des transactions annuelles, soit un manque à gagner de quelque 200 000 ventes pour l'année 2020. Parions sur la caractéristique immuable de la pierre : une valeur refuge en période de crise, quand les marchés boursiers et les placements s'enfoncent, comme on le constate actuellement. Cette qualité pourrait permettre aux prix de ne pas plonger en 2020.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications