La colère des français a eu raison de la taxe sur l'assurance emprunteur prévue pour janvier 2019


fin-taxe-assurance-emprunteur.jpg

Vendredi dernier, les sénateurs ont voté la suppression de la hausse de la taxe sur les contrats d'assurance emprunteur. Dans un climat marqué par des revendications violentes sur le pouvoir d'achat, la Chambre haute exprime, toutes familles politiques confondues, un ras-le-bol fiscal qui ne dit pas son nom.

Il faudra attendre le vote définitif de l'Assemblée Nationale pour savoir si la hausse de la taxe sur les nouveaux contrats d'assurance emprunteur, prévue par le gouvernement dans le budget de finances 2019, passera à la trappe. Les contrats souscrits à compter de janvier 2019 devaient écoper d'une taxe de 9% sur toutes les garanties, et non plus sur les seules garanties incapacité/invalidité et perte d'emploi. En assujettissant l'ensemble de la couverture à la taxe, c'est le renchérissement inévitable des cotisations qui se profilait, entre 1% et 5% selon le profil de l'emprunteur.

Le rapporteur général du budget, Albéric de Montgolfier, a plaidé la suppression de cette hausse, mettant en avant le caractère obligatoire de l'assurance souscrite dans le cadre d'un crédit immobilier.  L'augmentation induite du coût de l'assurance aurait pour conséquence de limiter l'accès au crédit pour les ménages les plus modestes.

Les experts de Magnolia.fr vous accompagnent pour trouver l'assurance emprunteur adaptée à votre profil et à votre situation au meilleur prix.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications