Emprunter quand on est senior : les services d’un courtier pour mettre toutes les chances de son côté


Acheter à crédit un logement quand on est senior est désormais chose courante. Les banques ne rechignent plus à prêter au-delà de 60 ans, mais l'opération demeure délicate en raison des risques de santé dus à l'âge. Si les taux bas du marché permettent de s'endetter à moindres coûts, l'assurance emprunteur va renchérir considérablement le crédit, voire freiner l'accès au financement. Grâce à l'intermédiation d'un courtier, un senior peut décrocher son emprunt immobilier aux meilleures conditions.

Les seniors paient plus cher leur crédit immobilier

Jamais les taux d'intérêt des crédits à l'habitat n'ont été aussi attractifs. Selon le dernier baromètre de l'Observatoire Crédit Logement/CSA, le taux moyen toutes durées confondues s'est établi à 1,12% (hors assurance et garanties) en novembre dernier, soit l'ultime record enregistré. Il est aujourd'hui commun d'emprunter autour de 1% sur 20 ans et si l'on considère l'inflation, s'endetter pour financer un bien immobilier ne coûte quasiment rien.

C'est sans compter l'assurance de prêt immobilier, élément indispensable pour sécuriser le crédit immobilier vis-à-vis du prêteur. Et selon l'âge, le poids de l'assurance diffère. Les seniors sont pénalisés. Pour un même taux d'emprunt, l'assurance sera jusqu’à trois fois plus chère, ce qui va augmenter le montant de la mensualité et par capillarité le coût global de l'emprunt.

Pour un assureur, et pour une banque quand on parle de crédit immobilier, on est considéré comme senior à partir de 55 ans. C'est l'âge pivot où, en moyenne, les ennuis de santé s'intensifient. L'assurance de prêt est conçue pour garantir la bonne fin du remboursement en cas de défaillance de l'emprunteur. Si ce dernier venait à décéder prématurément ou s'il était victime d'une maladie ou d'un accident qui le laisserait incapable de travailler (au moins jusqu’au départ à la retraite), l'assurance prendrait le relais auprès de la banque. Quand on a 55 ans et plus, les problèmes de santé augmentent statistiquement. Le questionnaire de santé rempli au moment de la souscription va permettre à l'assureur d'évaluer ces risques. Sans antécédents déclarés, un senior paiera plus cher son assurance emprunteur du seul fait de son âge.

Attention au TAEG

La solvabilité n'est donc pas le seul paramètre analysé par la banque pour accorder le financement. Un emprunteur de 60 ans avec des revenus confortables peut voir sa demande de crédit refusée, parce que le TAEG (Taux Annuel Effectif Global) excède le taux de l'usure. C'est l'effet collatéral des taux d'intérêt au plancher : le taux de l'usure, c'est-à-dire le taux maximum auquel les banques sont autorisées à prêter aux particuliers, est très vite atteint.

Pour mémoire, le taux de l’usure (par type de crédit et selon la durée) est calculé chaque trimestre par la Banque de France sur la base d’une moyenne des taux des prêts accordés sur la période précédente, augmentée d’un tiers. Plus les taux d’intérêts baissent, plus les taux de l’usure reculent.

Le TAEG comprend tous les frais liés au crédit immobilier :

  • les intérêts bancaires exprimés par le taux nominal ;
  • les frais de dossier (autour de 1% de la somme empruntée) ;
  • les frais de garantie (hypothèque, caution,...) ;
  • les primes d'assurance emprunteur ;
  • les frais dus à des intermédiaires intervenus dans l'octroi du prêt (commissions courtier) ;
  • les frais annexes (coût d'évaluation du bien immobilier, frais d'ouverture et de tenue de compte).

Chez les seniors, le taux d'assurance peut dépasser 1% du montant emprunté et donc compromettre l'obtention du crédit à cause d'un TAEG au-dessus du seuil de l'usure. Pour les prêts à taux fixe d'une durée comprise entre 10 et 19 ans, le taux maximum légal est fixé à 2,51% depuis le 1er janvier 2020. Pour les emprunts d'une durée supérieure à 20 ans, il est de 2,61%. Un senior de plus de 55 ans sans problème de santé emprunte 150 000€ sur 15 ans au taux fixe de 1% ; l'assurance proposée par sa banque pèse 1,50% du capital emprunté. Sa demande sera rejetée car le TAEG est plus élevé que le seuil de l'usure, une fois ajoutés les frais annexes.

L'accompagnement d'un courtier pour décrocher un prêt senior

Si notre emprunteur senior avait sollicité un courtier, sans doute aurait-il pu obtenir son financement. Les avantages de faire appel aux services d'un intermédiaire sont multiples :

  • gain de temps : monter un dossier, trouver une banque prêteuse, a fortiori les meilleures conditions d'emprunt, sont autant d'étapes chronophages.
  • montage financier adapté à la situation de l'emprunteur : le courtier peut par exemple demander à la banque une modulation des échéances, plus élevées en période d'activité, réduites une fois l'emprunteur en retraite.
  • sélection de la formule d'assurance présentant la meilleure couverture au meilleur tarif : les banques couvrent généralement le prêt jusqu'à 75 ans, quand les offres déléguées vont jusqu'à 85 voire 90 ans.

Reprenons notre exemple. En s'adressant à un courtier comme Magnolia, notre emprunteur senior pourra obtenir un taux d'assurance autour de 0,50%. La banque ne pourra refuser cette offre alternative qui présente un niveau de garanties au moins équivalent à celui du contrat groupe, condition sine qua non à l’acceptation d’une assurance en délégation.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications