Assurance emprunteur : les jeunes adultes guéris d'un cancer bénéficient du droit à l'oubli plus rapidement


droit-oubli-cancer-jeunes-redit-immo-assurance-emprunteur.

La convention Aeras évolue régulièrement pour faciliter l'accès à une assurance de prêt aux personnes malades ou anciennement malades souhaitant financer un projet immobilier ou professionnel. À compter du 1er septembre 2020, le droit à l'oubli est accordé plus rapidement aux pathologies survenues avant les 21 ans de l'assuré.

Principe du droit à l'oubli

Les personnes touchées par une maladie grave ont des difficultés pour s'assurer dans le cadre d'une demande de crédit, même si elles sont guéries depuis plusieurs années. Le questionnaire de santé à remplir lors de la souscription à une assurance emprunteur les oblige à déclarer leur maladie ou ancienne maladie, toute omission, même non intentionnelle, ayant des conséquences sur le maintien des garanties.

Grâce à la convention Aeras (s'Assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé), ces candidats à l'emprunt ont accès au crédit, notamment au prêt immobilier. Le dispositif, opposable aux réseaux bancaires et aux assureurs présents sur le marché de l'assurance emprunteur, permet, sans démarche spécifique, de bénéficier d'une assurance couvrant les garanties décès, PTIA (Perte Totale et Irréversible d'Autonomie) et incapacité-invalidité sans surprime ni exclusion de garanties, ou à des conditions tarifaires proches des conditions standards. En 2015, la convention a introduit le droit à l'oubli, qui dispense les personnes guéries après un certain délai de déclarer leur ancienne pathologie dans le questionnaire de santé.

En parallèle, la convention a instauré une grille de référence, actualisée au fil des progrès de la médecine, qui, après certains délais, permet aux personnes atteintes de certaines maladies (cancers, VIH, mucoviscidose, diabète, etc.) d'être couvertes par une assurance emprunteur au tarif standard ou avec une surprime plafonnée. Depuis 2019, la convention interdit de cumuler majoration de tarifs et exclusion de garantie pour une même pathologie.

Attention : la convention Aeras permet de repousser les limites de l'assurabilité des personnes freinées dans leur projet en raison des risques aggravés de santé qu'ils incarnent, sans pour autant ouvrir un droit au crédit ou à l'assurance.

Droit à l'oubli élargi pour les cancers pédiatriques

Jusqu'à aujourd’hui, le droit à l'oubli concerne les personnes guéries d'un cancer depuis au moins 10 ans et sans rechute après la fin du protocole, délai ramené à 5 ans pour les cancers déclarés avant l'âge de 18 ans. Dès lors que ces conditions sont respectées, l'assureur, qui peut être la banque ou sa filiale d’assurance, ou un prestataire concurrent, n'a le droit de recueillir aucune information relative à l'ancienne maladie du souscripteur. L'assuré peut alors être couvert aux conditions standards.

Attention : l'assuré qui relève du droit à l'oubli doit déclarer les autres affections, qu'elles soient en lien ou non avec l’affection relevant du dispositif, afin d'éviter toute fausse déclaration non intentionnelle. Elles font l'objet d'une réponse et d'une tarification adaptées.

Réunie en octobre 2019, la Commission de Suivi et de Propositions (CSP) de la convention Aeras a conclu qu'il fallait faire progresser le droit à l'oubli pour les jeunes adultes. Selon le rapport rendu en octobre 2019, les analyses des pathologies cancéreuses relevées chez les patients âgés de 18 à 21 ans indiquent une évolution positive des probabilités de survie à 5 et 10 ans, avec peu de variation entre 5 et 10 ans, ce qui a une incidence très limitée en cas de passage à 5 ans du délai d'accès aux bénéficiaires du droit à l'oubli. Cette analyse est partagée par le groupe de travail réuni en février dernier.

La convention a donc décidé de ne plus faire aucune distinction entre les pathologies cancéreuses des jeunes adultes, et de les considérer comme un ensemble de cancers survenant avant 21 ans. À compter du 1er septembre, le droit à l'oubli après un délai de 5 ans sera étendu aux cancers déclarés avant 21 ans et non plus comme jusqu'à présent avant l'âge de 18 ans.

source : rapport "Bilan et perspectives de l'application de la convention Aeras" de février 2020

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications