Résidences secondaires : un regain d'intérêt pour l’immobilier de montagne


immobiier-montagne-regain-interet.jpeg

La crise sanitaire et économique fait bouger les lignes de l'immobilier résidentiel et touristique. Les biens situés en montagne sont de nouveau prisés par une clientèle, essentiellement française, qui renonce à l'hôtellerie pour éviter les risques de contamination.

La montagne, ça nous gagne !

La France est, avec l'Autriche, le leader incontesté du tourisme hivernal avec près de 54 millions de journées-skieurs vendues en 2018. Avec un domaine skiable que le monde nous envie, la France attire chaque année des millions de touristes étrangers, au premier rang desquels les Britanniques suivis des Belges et des Hollandais. Les Français constituent 72% de la clientèle et cela tombe bien, car les stations françaises vont devoir encore plus compter sur les locaux pour se réinventer.

La montagne a été l'une des destinations gagnantes de la saison touristique estivale 2020. Exit les grandes villes et les mauvais souvenirs du confinement, place aux espaces ouverts et à une nature accueillante. Depuis trois ans, la montagne figure en deuxième position des destinations préférées des Français, devant la campagne et la ville, loin toutefois des bords de mer. Selon Jean-Marc Silva, directeur de France Montagnes, les Français n'ont pas hésité cet été à réserver en dernière minute, voire dernière seconde, offrant à la montagne en période estivale un nouvel essor en raison des contraintes dues à la Covid-19. Peu d'étrangers, malgré des conditions d'annulation très flexibles pour les raisons qu'on connaît.

La montagne a vécu cet été grâce aux Francais qui pouvaient se déplacer facilement en voiture ou en train. L'Isère a enregistré +15% de fréquentation et tous massifs confondus, le taux d'occupation a atteint 80% malgré l'annulation de nombreux évènements qui a pesé sur certaines stations.

Avec la crise sanitaire, il est fort probable que les stations exclusivement tournées vers les sports d'hiver fassent dorénavant preuve de pragmatisme en élargissant leur potentiel touristique à longueur d'année comme l'ont déjà fait Avoriaz et Les Arcs, deux stations visionnaires construites pour les deux saisons. Alors que le tourisme français va devoir apprendre à vivre sur le long terme avec moins de clients étrangers, la montagne met en avant ses atouts auprès de la clientèle franco-française.

La montagne : une destination à vivre

Si le marché de la location s'en est bien sorti, celui de la transaction a lui aussi bénéficié d'un regain d'intérêt. Malgré le report des signatures authentiques pour cause de confinement, peu des ventes ont été annulées. À l'image des résidences secondaires partout en France, les biens proposés en montagne séduisent davantage d’acheteurs en quête d'un achat plaisir et d'un investissement immobilier, synonyme de valeur refuge. Cimalpes, leader de la vente de chalets et appartements haut de gamme dans les Alpes, a observé sur son réseau, entre le 15 mai et le 15 août, une hausse de plus de 60% d'acheteurs potentiels par rapport à la même période en 2019.

Les acquéreurs viennent chercher une qualité de vie qui fait défaut en milieu urbain, mais aussi, crise oblige, une forme de sécurité. La peur légitime de contracter le virus place le logement individuel en position privilégiée face à l'hébergement hôtelier. Le développement du télétravail a aussi ses vertus sur l'immobilier de montagne, comme il l'a sur les résidences secondaires en général, quelle que soit la localisation. Les médias ont parlé de mise au vert des citadins : la montagne, comme le littoral et la campagne, est aujourd'hui regardée comme une destination pour installer sa famille, ou y vivre plus longtemps que la durée de simples vacances.

Immobilier de montagne : les prix grimpent-ils ?

Avec un tel appétit pour la montagne, l'inflation des prix n'est jamais loin. La demande dans les grandes villes diminue au profit des zones rurales et notamment des territoires de montagne comme en témoigne le site de ventes entre particuliers Pap.fr où les recherches de biens ont explosé pour le seul mois d'août : +132% pour la Savoie, +124% pour la Haute-Savoie et +151% pour l'Isère. Toutes ces visites ne se concrétisent pas en achats, mais force est de constater une demande phénoménale qui pourrait tenter les vendeurs de revoir leurs prétentions à la hausse.

Il est encore trop tôt pour savoir si l'engouement actuel aura une incidence sur les prix des logements en montagne compte tenu du décalage de plusieurs mois entre les prix affichés sur les annonces et les signatures des actes authentiques. Selon la note de conjoncture des notaires de la région Rhône-Alpes diffusée en juin dernier, le marché immobilier de montagne est très spécifique à chaque station. Sur la période du 1er avril 2019 au 31 mars 2020, les prix ont évolué différemment selon les régions alpines : entre +1,6% (Isère) et +3% (Savoie) pour les appartements, et entre 2,6% (Isère) et +5,5% (Haute-Savoie) pour les maisons. Les prix des prochains mois nous diront si la tendance à la hausse se confirme.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications