COVID19 : peut-on déménager en plein confinement ?


déménagement confinement covid19

Les mesures de restriction imposées par le gouvernement pour endiguer l'épidémie due au Covid-19 ont des répercussions sur l'organisation de la vie des ménages, notamment ceux qui devaient changer de logement après le 17 mars 2020. Les déménagements ont-ils autorisés ?

Que dit la loi ?

En application de l'état d'urgence sanitaire, les déplacements sont interdits sauf exception (notamment aller faire ses courses, à la banque ou à la pharmacie, promener son chien) et à condition d'être muni d'une attestation dérogatoire ou professionnelle. Qu'en est-il des déménagements prévus pendant la période de confinement qui a commencé le 17 mars et doit s'achever le 11 mai prochain ? Bon nombre de foyers se retouvent entre deux logements : ils ont vendu un bien immobilier et doivent s'installer dans le nouveau ; leur bail expire et leur maison en construction n'est pas achevée ; le bail expire et aucun logement ne peut être loué car les agences immobilières sont fermées. Autant de situations compliquées qui ne peuvent malheureusement être résolues avant la cessation du confinement.

Lors de la mise en place du confinement, le gouvernement autorisait encore les déménagements de particuliers qui se retrouvaient en fin de bail, sous réserve que le déplacement relèvait d'un motif familial impérieux. La préconisation était de reporter et d'attendre la fin du confinement pour déménager. Dans un lettre commune datée du 1er avril 2020 et adressée aux fédérations professionnelles par le ministre du Logement et le secrétaire d'État aux Transports, ce principe de report prévaut "jusqu'à nouvel ordre", faisant une exception pour "les transports ne pouvant être reportés". Le document indique que "seuls les déménagements d'urgences sanitaires, sociales ou de péril sont autorisés, ainsi que les déménagements indispensables d'entreprises et de déménagements qui pourraient être rendus nécessaires dans le cadre de l'organisation des soins face à l'épidémie". Pour ces cas exceptionnels, l'organisation du travail doit respecter l'application des mesures de précaution. 

La difficile application des mesures de protection lors d'un déménagement

La décision du gouvernement était attendue par les déménageurs professionnels en raison des difficultés de mise en œuvre des règles de sécurité sanitaire. Comment appliquer les gestes barrières et les mesures de distanciation sociale quand on organise un déménagement ? Dès la mi-mars la Chambre Syndicale du Déménagement avait souhaité l'interdiction des activités pour protéger autant les salariés que les clients. Les professionnels s'interrogent pourtant : quelles opérations relèvent de l'urgence sociale ? Quel déménagement ne peut, sous aucun prétexte, être reporté ?

Dans le communiqué du 1er avril dernier, il est en outre demandé aux déménageurs professionnels de "définir dans un guide de bonnes pratiques les précautions qui doivent être prises pour garantir la santé des intervenants et des occupants et, le cas échéant, d'identifier les situations ne pouvant faire l'objet d'aucune adaptation satisfaisante". Ce guide pourra "permettre de préparer la sortie de crise et répondre dans les meilleures conditions à la reprise de la demande". 

Reporter son déménagement

Il est donc impossible de déménager en dehors des cas exceptionnels autorisés par les pouvoirs publics.

Si votre bail de location expire avant le 11 mai, contactez d'urgence votre propriétaire-bailleur pour demander un report de la date de départ. Vous devrez signer par voie électronique une convention d'occupation temporaire qui vous autorise à rester dans le logement. L'Anil (Agence nationale pour l'information sur le logement) a édité une convention-type que vous pouvez télécharger sur son site (https://www.anil.org/). Jusqu'à votre départ, vous êtes redevable des loyers et des charges. N'oubliez pas d'informer votre fournisseur d'électricité et de gaz si vous avez déjà envoyé une demande de désabonnement.

Pour les locataires qui ont signé un bail pour un nouveau logement, mais qui ne peuvent l'occuper dans l'immédiat en raison de l'interdiction de déménager, ils sont dans l'obligation légale de payer le loyer. Ils peuvent toutefois essayer de demander au propriétaire de reporter la date de début de location et commencer à payer à l'occupation effective du logement. La crise sanitaire ne peut être invoquée par un particulier pour cesser de payer son loyer, cette mesure ne concerne que les très petites entreprises.

Réf/ https://www.otre.org/wp-content/uploads/2020/04/2020.04.01-JD-JBD-T.-GROS-C.-DICOSTANZO.pdf

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications