Les risques de santé qui augmentent le coût de l'assurance emprunteur


risques-de-sante

La souscription à une assurance emprunteur est exigée par les établissements prêteurs dans le cadre d'un crédit immobilier. Le montant de la cotisation dépend en grande partie des risques de santé que présente l'assuré. Le questionnaire de santé permettra à l'assureur d'évaluer ce risque pour ajuster les garanties et le tarif. Cinq motifs liés à la santé auront un impact sur la prime, ou entraîneront de manière plus radicale une exclusion.

 

1 - L'âge

L'âge de l'assuré au moment de la souscription, mais aussi au terme du crédit, est la première donnée observée par l'assureur. Les risques de santé accroissent avec l'âge, incitant la plupart des contrats bancaires à exclure les assurés de plus de 65 ans même s'ils ne présentent aucun passif de santé. Les seniors ont néanmoins la possibilité d'accéder au crédit en souscrivant leur contrat auprès d'un assureur externe. Les offres alternatives fixent la limite d'âge à l'adhésion à 80 voire 85 ans pour la garantie décès ; cette couverture cessera au plus tard aux 90 ans de l'assuré. Pour les garanties invalidité et perte d'autonomie, la limite est de 65 ans à l'adhésion pour une couverture jusqu'à 70 ans maximum. Quel que soit le type de contrat, bancaire ou individuel, la garantie perte d'emploi cesse à partir de 60 ou 65 ans.

 

2 - Les maladies à risques

Il est recommandé de se faire aider de son médecin traitant pour remplir le questionnaire de santé avec précision et en toute bonne foi sans omettre aucun antécédent. Votre historique de santé va permettre à l'assureur d’évaluer les risques qu’il prend à vous accorder telle garantie. Si vous souffrez ou avez souffert d'une pathologie grave, vous pouvez bénéficier de la convention Aeras (s'Assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé), un dispositif qui vous permet d'accéder à l'assurance emprunteur à des conditions encadrées. Les surprimes sont plafonnées pour certaines maladies et le droit à l'oubli s'applique automatiquement pour les anciens malades du cancer guéris depuis au moins 10 ans.

 

3 - Les maladies non-objectivables

On nomme maladies non-objectivables (MNO) toutes les affections psychiques ou physiques pour lesquelles une cause précise ne peut être établie. Qu'il s'agisse d'état dépressif, de fatigue chronique ou de pathologie du dos, ces maladies nécessitent des arrêts de travail plus ou moins longs, et souvent répétés. Les contrats excluent généralement ce terrain à risque, mais certains proposent le rachat de la garantie MNO moyennant une surprime.

 

4 - Le surpoids

L'obésité peut être un motif d'exclusion, au mieux elle entraîne une surprime plus ou moins élevée selon l'assureur. Le surpoids expose la personne à des risques de santé majeurs (hypertension artérielle, infarctus, accident vasculaire cérébral, diabète, apnées du sommeil,...) qui peuvent provoquer une mort prématurée ou entraîner une invalidité. Il faudra se tourner vers les assureurs alternatifs pour trouver un contrat adapté ou solliciter la convention Aeras.

 

5 - Le tabac

Fumer est rédhibitoire pour assurer son crédit aux conditions standard. D'un point de vue statistique, les fumeurs ont une espérance de vie amputée de plusieurs années comparée à celle des non-fumeurs. Le tabagisme est donc un risque aggravé de santé, et ce, quelle que soit la fréquence et le mode de consommation (cigarettes, cigares, cigarette électronique). Certains assureurs tiennent néanmoins compte du caractère occasionnel. La cotisation pour un emprunteur fumeur est au moins deux fois plus chère que celle d'un non-fumeur. Cet écart peut vous inciter à arrêter de fumer, mais il vous faudra attendre deux ans de sevrage pour être considéré comme non-fumeur par l'assureur. Votre démarche sera systématiquement vérifiée par un test de détection de la nicotine (test cotinine).

 

Le marché de l'assurance de prêt est vaste. Il est difficile pour un emprunteur d’en cerner toute la diversité en termes de conditions et de tarifs. Les offres externes proposent des garanties à tous les types de profil, alors que les contrats bancaires, compte tenu du principe de mutualisation, excluent les profils à risques. Appuyez-vous sur les experts de Magnolia.fr pour trouver le contrat adapté à votre situation au meilleur prix.

Publié par le