Immobilier : septembre 2019, mois de tous les records


Le marché de l'immobilier tourne à plein régime depuis le début de l'année 2019. Le mois de septembre est particulièrement significatif d'un millésime exceptionnel en enregistrant simultanément trois nouveaux records : le taux le plus bas, le plus grand nombre de transactions sur un an et le prix moyen du mètre carré parisien le plus élevé.
Détaillons ces trois chiffres inédits.

Record de taux : taux moyen de 1,17%

Jamais s'endetter pour acheter un bien immobilier n'a coûté aussi peu. Hors assurance et coût des sûretés, le taux moyen toutes durées confondues s'est établi à 1,17% en août dernier (Observatoire Crédit Logement/CSA). Septembre s'est donc entamé sur une base inégalée, offrant aux candidats à l'emprunt des conditions de financement exceptionnelles. Ce chiffre record émoustille à peine les médias, les taux nous ayant habitués à une baisse mensuelle en continu depuis novembre 2018. Il n'en est pas moins un nouveau seuil historiquement bas, le 4ème sur les quatre derniers mois ! Le taux plancher de référence était celui de novembre 2016 avec 1,33%. Sur un an, le taux moyen a reculé de 27 points de base (1,44% en août 2018). Au quatrième trimestre 2012, il était de 3,27% et fin 2008, au pic de la crise financière, à plus de 5%.
Cette situation est imputable à la politique monétaire européenne : les établissements de crédit bénéficient de conditions de financement et de refinancement les incitant à prêter davantage aux entreprises et aux particuliers. Les taux de dépôt sont négatifs et les pénalisent, mieux vaut pour elles financer les projets, même si la rentabilité est faible, plutôt que placer les fonds à perte.
Et cela devrait durer, car la Banque Centrale Européenne a décidé de maintenir ses taux directeurs au moins jusqu'à mi-2020. Autre paramètre qui influence les politiques commerciales des banques, l'emprunt d'État sur 10 ans, indice qu’elles utilisent pour fixer les taux de crédit, évolue en territoire négatif depuis fin juin 2019. Les investisseurs se bousculent pour acheter de la dette française, signe qu'ils ont confiance dans la France, qu'ils sont aussi inquiets quant au contexte international, puisqu'ils acceptent de perdre de l'argent. Cela fait le bonheur des candidats à l'emprunt qui bénéficient en septembre de conditions inégalées et peuvent ainsi financer leur projet immobilier à moindres coûts en dépit de prix de l'immobilier en hausse.

Record de prix : 10 000€ le mètre carré à Paris

Paris n'est pas la France malgré un réel dynamisme des prix dans l'hexagone. La barre symbolique des 10 000€ le mètre carré a été franchie en août selon les notaires. Cinq arrondissements affichent des valeurs moyennes supérieures à 12 000€/m2. Sur la base des avant-contrats, les notaires s'attendent d'ailleurs à un record du prix moyen à 10 280€/m2 d'ici la fin octobre.
+60% en dix ans, telle est l'ampleur de l'envolée des prix dans la capitale ! Elle est décorrelée de l'évolution observée en régions. Selon MeilleursAgents, en dix ans, les prix ont gagné 30% dans les grandes métropoles, et 10% sur l'ensemble du territoire. La hausse des prix à l'échelle nationale atteint 3,2% sur un an contre plus de 6% à Paris. Pourquoi une telle disparité ? La réponse est à chercher du côté du volume des ventes enregistrées sur un an.

Record de ventes : 1 million de transactions immobilières

Toujours selon les notaires, sur 12 mois à fin juin 2019, le nombre de transactions a dépassé le million, un nouveau record historique, soit +2,6% par rapport au volume annuel observé un an plus tôt. Ce nombre impressionnant doit être relativisé à l'aune du stock de logements disponibles à la vente qui, lui, augmente d'environ 1% par an. À Paris, le mouvement s'inverse. Le nombre annuel de ventes régresse de 1% compte tenu de la pénurie de logements. Ce déséquilibre offres/demandes alimente la hausse des prix, phénomène qu'un notaire explique par la contraction du parc privé au fil des années au profit du logement social...ce qui bénéficie à la petite couronne où le marché s'est déporté avec la perspective du Grand Paris.

Publié par Herve Labatut le

Dernières publications