Comment réduire le coût de votre crédit immobilier pour financer les travaux de votre logement ?


travaux réduire cout crédit immobilier

Le niveau actuel très bas des taux d'intérêts permet au plus grand nombre d'accéder à la propriété. Il est aujourd'hui possible de s'endetter autour de 1% (sans assurance) sur 20 ans, du jamais vu depuis 75 ans. L'effet pervers des taux faibles est l'augmentation des prix des logements, ce qui oblige certains ménages aux revenus modestes à acquérir un bien ancien à rénover plutôt qu’un logement neuf. Plusieurs leviers existent pour économiser sur le coût du crédit immobilier et faciliter le financement des travaux : l'assurance emprunteur, le rachat de crédit et les aides publiques pour la rénovation.

Déléguez l'assurance de votre prêt

Indispensable pour décrocher un prêt à l'habitat, l'assurance emprunteur peut être librement choisie. Inscrit dans la loi depuis septembre 2010, le principe de délégation vous permet de faire jouer la concurrence pour souscrire le contrat le mieux adapté et le plus compétitif. Fini l'assurance groupe imposée par la banque prêteuse : cette dernière est tenue d'accepter toute offre alternative dès lors que celle-ci présente a minima des garanties équivalentes. Cela vous permet de sélectionner une couverture personnalisée au juste prix. Et si vous n’avez pu souscrire à temps un contrat délégué, il vous reste la possibilité de résilier le contrat groupe bancaire à tout moment durant les 12 premiers mois de votre crédit (loi Hamon), et d’en changer à chaque échéance au-delà (amendement Bourquin).

À la clef, des économies qui sont tout sauf substantielles. L'assurance emprunteur peut représenter un tiers du coût global de votre prêt immobilier, parfois autant que le poids des intérêts. Les profils à risque comme les fumeurs ou les seniors sont désavantagés et paient nettement plus cher leur contrat d'assurance. En déléguant l'assurance auprès d'un assureur externe, ils ont la possibilité d'en minimiser le coût et d'économiser des milliers d'euros sur la durée du crédit, autant d'argent qui peut être affecté au projet de rénovation. Les offres déléguées individuelles sont également recommandées aux autres profils, quel que soit le risque incarné. Un jeune actif non fumeur peut diviser par deux voire par trois le taux d'assurance en choisissant un contrat concurrent de celui de la banque.

Un courtier comme Magnolia.fr facilitera votre recherche de l'assurance la plus compétitive en termes de tarifs et de garanties.

Faites racheter votre crédit

Si vous détenez un prêt immobilier depuis plusieurs années, vous pouvez profiter vous aussi des taux bas en renégociant les conditions d'emprunt. Tous les prêts contractés entre 2015 et 2017 sont a priori concernés, la condition essentielle étant un écart de taux d'un point (1%). La démarche peut engendrer des milliers d'euros d'économies, là encore susceptibles de financer des travaux pour la maison ou l'appartement. Une opération qui sera obligatoirement couplée au changement d'assurance emprunteur si votre prêt est racheté par une banque concurrente, ce qui est préférable pour obtenir des conditions plus performantes. Le taux proposé sera en effet plus faible que celui consenti par la banque initiale. Vous cumulerez alors les économies induites par ce rachat et celles de la nouvelle assurance déléguée.

Faites-vous accompagner d'un courtier en crédit pour décrocher la meilleure offre de rachat. Lui seul connaît la ou les banques les mieux placées à l’instant T pour accepter votre demande.

Les aides financières pour la rénovation

Troisième levier pour vous aider à financer des travaux de rénovation, les crédits spécialisés mis en place par l'État pour faciliter la transition énergétique de l'habitat. En première ligne, l'éco-PTZ, dont le montant est compris entre 7 000€ et 30 000€. Assorti d'un taux d'intérêt nul, ce prêt est accordé sans conditions de ressources et éligible à tous les logements achevés depuis plus de 2 ans. Inclus dans l'offre globale de prêt lors de l'achat du logement, il permet de financer des travaux d'isolation et/ou d'installation d'équipements, ou encore l'amélioration du niveau de performance énergétique globale. Il est cumulable avec le PTZ, prêt lui aussi gratuit, réservé aux primo-accédants sous conditions de ressources pour l'achat de la résidence principale, dont le montant représente jusqu'à 40% du prix du logement.

Bien que dépourvus d'intérêts, ces prêts aidés sont des crédits complémentaires au prêt principal et doivent être assurés. Et comme pour le prêt principal, l'assurance souscrite dans le cadre d'un PTZ et d'un éco-PTZ doit couvrir le décès, la perte totale d'autonomie et l'incapacité pour maladie ou accident. Ces deux prêts aidés ne sont donc pas totalement gratuits. Là encore, la solution d'une assurance déléguée vous permet d'en réduire le coût.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications