Renégociez votre crédit immobilier et économisez aussi sur l'assurance emprunteur


renegociation credit immobilier assurance emprunteur

Les taux d'intérêt sont au plus bas, ils sont même à un niveau jamais inégalé. La période est donc idéale pour s'endetter à moindre coût, elle est aussi propice pour réviser les conditions de son emprunt immobilier et faire des économies. Si vous êtes concerné, n’attendez plus pour procéder au rachat de votre crédit et profitez-en pour changer de contrat d'assurance emprunteur.

Nouveau record à la baisse pour les taux

À la faveur des nouvelles baisses de taux, les courtiers en crédit immobilier voient affluer de plus en plus de demandes de renégociations de prêt. Le phénomène est récent et a débuté fin mai quand les taux d'intérêt ont battu le record historique de l'automne 2016. Les médias ont relayé l'info : personne n'ignore aujourd'hui que les taux des crédits immobiliers ont atteint un seuil exceptionnel, le plus bas historique depuis 1945.

Toutes durées confondues, le taux moyen s'est établi à 1,20% en juillet 2019 (hors assurance) contre 1,25% le mois précédent et 1,29% en mai. Fin 2016, date du dernier record, le taux s'affichait à 1,33%. Emprunter coûte actuellement 5 fois moins cher qu'au début des années 2000 et 12 fois moins qu'à la fin des années 80 ! Pas besoin de remonter si loin pour se rendre compte que s'endetter pour financer un projet immobilier devient de plus en lus accessible.

Sur un an, les taux ont régressé de 24 points de base (0,24%). Dans le détail, le taux moyen s'établit à 0,96% sur 15 ans, 1,14% sur 20 ans et 1,37% sur 25 ans. En décembre 2015, l'écart sur ces mêmes durées était de plus de 100 points de base (1%). La transition est toute faite pour aborder le rachat de crédit immobilier, car c'est bien le delta entre le taux initial et le nouveau taux qui va arbitrer la démarche.

Qui peut renégocier son crédit immobilier ?

Selon le courtier Empruntis, près de 25% des dossiers traités dans le courant de l'été concernent les demandes de renégociation de crédit. En début d'année, le volume était seulement de 12%. Les détenteurs d'un prêt immobilier cherchent eux aussi à profiter de cette embellie sur les taux et à réviser les conditions de leur contrat pour en réduire le coût, soit en diminuant le montant de la mensualité soit en raccourcissant la durée de remboursement. On l'a dit, l'écart entre les deux taux est la condition première pour envisager la démarche : il doit se situer a minima entre 70 et 100 points de base (0,70% et 1%). Deux autres conditions doivent être respectées :

  1. le crédit doit être dans le premier tiers de remboursement ;
  2. le capital restant dû doit être au moins de 70 000€.

exemple :

- vous avez emprunté 200 000€ sur 20 ans au taux de 2,65% (hors assurance) en décembre 2015, le montant de vos mensualités s'élève à 912,42€. Le coût total de votre prêt est alors de 73 725€. Entre décembre 2015 et juillet 2019, le coût des intérêts atteint 17 590€.

- en août 2019, le capital restant dû est de 178 272€. Avec un taux de 1,20% sur 20 ans (soit la durée restante), la mensualité s'élève à 835,87€ pour un coût total de 22 336€.

Votre crédit une fois renégocié vous coûtera 40 180€ (17 590€ + 22 336€), soit une économie de 33 545€ (73 590€ - 40 180€) par rapport au scénario initial.

Tous ceux qui ont emprunté entre 2015 et 2017 à un taux avoisinant les 2% ont intérêt à renégocier avec leur banquier...ou solliciter un courtier pour engager la démarche. Ils pourraient néanmoins se heurter à l'incapacité des banques à traiter tous les dossiers en cette période estivale où elles croulent sous les demandes d'acquisition. Les renégociations ne sont pas prioritaires ! On peut toutefois nuancer le propos quand la demande émane d'un client à gros revenus, que l'établissement essaiera toujours de conserver. La stratégie gagnante est de passer par un courtier en crédit qui saura quelle banque accueille favorablement les rachats de prêts immobiliers. Il faudra ajouter les frais de courtage, les pénalités de remboursement anticipé et les frais de nouvelle garantie (hypothèque, caution). Un calcul préalable doit être fait pour justifier de la pertinence de l'opération.

L'assurance emprunteur, ultime levier pour faire baisser le coût de votre rachat de crédit

Des économies additionnelles seront faites, puisque l'occasion vous est donnée de souscrire une nouvelle assurance emprunteur. C'est même un passage obligé en cas de rachat du crédit par une banque concurrente, puisqu'il s'agit d'un nouveau crédit. L'établissement qui va racheter votre prêt vous proposera son offre d'assurance. Faites jouer la concurrence !

La loi vous y autorise.

Les propositions déléguées qu'un courtier spécialisé comme Magnolia.fr aura sélectionnées seront mieux adaptées à votre situation et moins chères que le contrat groupe bancaire. Si, entre temps, vous êtes devenu non fumeur (au moins 24 mois d'abstinence), c'est bingo ! Vous pouvez réduire de deux à trois fois le coût de l'assurance en souscrivant un contrat alternatif personnalisé. Attention, en revanche, si votre état de santé s'est dégradé depuis le début du remboursement de votre prêt. Le surcoût lié à l'assurance emprunteur nuirait à l'opération de rachat de crédit. Pour rappel, tout titulaire d'une assurance de prêt est protégé par l'irrévocabilité des garanties sur toute la durée de l'emprunt, sous réserve que cette clause figure au contrat ; elle permet d'être couvert aux mêmes conditions et au même tarif même si la situation a évolué, entraînant une augmentation du risque potentiel.

 

 

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications