Immobilier : quel est le bien type des Français ?


quel est le logement type des francais

Avec la crise sanitaire, la relation des Français avec leur logement a évolué et engendré des envies nouvelles d'espace habitable plus grand et mieux adapté, et d'accès à l'extérieur. Une étude inédite réalisée par Qualitel révèle à quoi ressemble aujourd'hui l'habitat des Français. Force est de constater qu'en matière de performance énergétique, le logement type a des progrès à faire. Ça tombe bien : une autre enquête nous apprend que 82% des Français accepteraient d'acheter un bien immobilier avec travaux.

État des lieux du logement des Français

Qualitel, association engagée depuis 1974 aux côtés des professionnels du logement, dont la mission est de faire progresser la qualité de l'habitat neuf et existant, a réalisé une enquête sur la base d'un échantillon de 1 000 logements pour dresser le logement type des Français. 100 indicateurs (chauffage, isolation, ventilation, température, taille des fenêtres, etc) ont été pris en compte afin de constater l'évolution de l'habitat au fil du temps et de dessiner le logement dans lequel résident aujourd’hui les Français.

Voici les chiffres clefs de cette enquête, révélant un habitat globalement gros consommateur d'énergie et mal classé selon le DPE (Diagnostic de Performance Énergétique) :

  • 54% des appartements disposent d'un accès extérieur (balcon ou/et terrasse), soit trois fois plus en moins d'un siècle.
  • 2/3 des bâtiments résidentiels collectifs ne disposent pas d'ascenseur et quand il existe, 1 habitant sur 5 doit franchir des marches pour y accéder.
  • La surface vitrée a gagné 2,1m² depuis l'avant-guerre, soit en moyenne 6,2m² et 4,9m² pour les appartements de moins de 10 ans.
  • Les logements ont perdu leurs espaces de rangement et de stockage : le nombre de logements avec cave a été divisé par 12 en un siècle et celui des logements avec un grenier par 3,5.
  • Seuls 60% des maisons et 40% des appartements récents sont dotés de 2 placards intégrés ou plus.
  • 25% des maisons possèdent au moins une douche et une baignoire, contre 6% des appartements.
  • 61% des logements sont équipés d'une douche et 56% d'une baignoire.
  • La salle de bain possède une fenêtre dans 81% des maisons contre 38% des appartements.
  • 7 665 litres d'eau par logement sont gaspillés annuellement, car l'eau chaude à température idéale de 38°C met plus de 30 secondes à arriver dans 41% des logements.
  • Avant 1945, 44% des logements se chauffaient au gaz, 38% au bois, 21% à l'électricité et 12% au fioul. Après 2009, le chauffage à l'électricité est majoritaire (48% des logements) contre 25% avec pompes à chaleur (21% au gaz et 20% au bois), le fioul étant banni des constructions récentes.
  • 100% des logements construits après 2009 sont isolés thermiquement et 94% bénéficient du double ou triple vitrage.
  • 8 logements sur 10 sont équipés de dispositifs occultants dont 54% par des volets roulants.
  • 1 logement sur 5 présente des moisissures et 3 sur 10 ont un taux d'humidité supérieur à 60% dans les chambres.

60% des sondés se déclarent insatisfaits de l'adaptation de leur logement aux personnes à mobilité réduite. Ce constat sans appel plaide pour une rénovation de l'habitat existant qui permettrait de répondre aux enjeux du vieillissement de la population et de maintenir les plus âgés à leur domicile. Un rapport interministériel remis au gouvernement le 26 mai dernier propose 80 solutions pour adapter le logement des seniors en prévention de la perte d’autonomie, ce qui permettrait un moindre recours aux Ehpad, des structures coûteuses que bon nombre de seniors dépendants ne peuvent ou ne souhaitent occuper.

Acheter un logement avec travaux : même pas peur !

Ces données sur le logement type font écho à une enquête de SeLoger publiée début mai 2021. Elle montre que 82% des Français se disent prêts à acheter un bien immobilier nécessitant des travaux. Une motivation qui tombe au moment même où le gouvernement engage un vaste plan de rénovation de l'habitat. Alors que le parc privé compterait environ 4,8 millions de passoires thermiques, la volonté des acheteurs potentiels orientés vers ces logements peu ou pas du tout vertueux en termes de performance énergétique est un signal encourageant pour l'exécutif.

Malheureusement, derrière l'intention, il manque la connaissance des aides à la rénovation énergétique. Près de 50% des personnes interrogées ne se tiennent pas informées des aides disponibles et parmi elles, 36% estiment qu'elles n'y sont pas éligibles. Une proportion identique ne sait pas où se renseigner pour en bénéficier. Plus de pédagogie de la part des pouvoirs publics semble donc nécessaire pour faire connaître ces aides accessibles à tous. Rappelons que l’ambition du gouvernement est de sortir les logements classés F ou G sur le DPE pour les rénover et d’atteindre les étiquettes A ou B à l’horizon 2050.

Mesure phare du plan de relance, MaPrimRénov' est connue de 48% des sondés. Ce n'est pas le seul dispositif (Programme Habiter Mieux, Chèque énergie, Eco-prêt à taux zéro, dispositif Denormandie, certificats d’économie d’énergie, aides des collectivités locales), et pour s'y retrouver, le gouvernement a mis en place un système d'accompagnement avec le portail FAIRE, un service qui propose gratuitement des conseils adaptés pour les travaux de rénovation.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications