Investir en viager, le concept innovant de Livsty


immobilier-viager-livtsy

La vente en viager a une image écornée par des affaires édifiantes comme celle de Jeanne Calment qui a survécu à son notaire, et par un film savoureux, "Le viager", où Louis Martinet, interprété par Michel Serrault, finira centenaire. Les préjugés ont la vie dure, le fait de parier sur la mort du vendeur pour devenir propriétaire étant le plus tenace. Livsty, une entreprise parisienne, révolutionne le viager pour redonner confiance aux investisseurs et mieux accompagner les seniors dans leurs besoins.

Penser le viager autrement

Le viager est une vente immobilière qui fait peur. Même si l'immense majorité des Français connaît cette pratique (80%), 23% la trouvent moralement discutable, 40% estiment que le risque financier est trop important et 72% ne sont pas prêts à franchir le pas*. La raison majeure d'un achat immobilier étant de s'installer dans le logement dès la transaction effectuée, le viager reste une opération de niche : il représente moins de 1% des ventes annuelles, soit entre 4 000 et 8 000 selon les années. Même s'il est très encadré et qu'il présente de nombreux avantages pour les deux parties, le viager reste prisonnier de cet aspect moral, celle de spéculer sur le décès du vendeur, la vente reposant, il est vrai, sur la longévité de celui-ci.

Le viager existe sous deux formes :

  1. le viager occupé quand le vendeur continue d'habiter le logement jusqu'à son décès ;
  2. le viager libre lorsque l'acquéreur prend possession du bien pour l'occuper lui-même ou le louer.

Dans sa forme traditionnelle, le vendeur, appelé crédirentier, vend son logement en contrepartie d'une rente garantie à vie (dite viagère) et d'un bouquet initial qui correspond à un pourcentage de la valeur du bien (en général 40% à 45%), les deux versés par l'acheteur ou débirentier. Le montant de la rente (mensuelle, trimestrielle ou annuelle) dépend de plusieurs paramètres : l'âge et le sexe du vendeur, la valeur du bien, le montant du bouquet, l'existence d'une clause de réversibilité (totale ou partielle pour le conjoint survivant) et la réserve de jouissance du bien. Le viager occupé est la formule la plus courante ; le vendeur perçoit une rente tout en restant dans son habitation. Avec le vieillissement de la population et la baisse des revenus à la retraite, le viager apparaît comme une solution adaptée pour les seniors qui recherchent des revenus additionnels. Certains vendeurs choisissent de cèder en viager pour aider leurs enfants. Pour l'acheteur, le viager reste un contrat aléatoire. Livsty change la donne en proposant d'investir dans l'immobilier en viager. 

Le viager, une nouvelle stratégie patrimoniale

Le viager, une affaire de vieux ! Ce sont pourtant deux jeunes entrepreneurs qui s'emparent du sujet. Grégoire Berger, 31 ans, et Harold Chambriard, 28 ans, ont créé Livsty, une plateforme en ligne qui bouge les règles du viager avec un concept innovant : le co-investissement dans un bien occupé dont la valeur sera revalorisée une fois libéré et qui procure entre temps un rendement annuel.

Livsty réconcilie deux typologies de besoins :

  • les seniors à la recherche de revenus complémentaires qui souhaitent rester chez eux ;
  • les particuliers investisseurs à la recherche de placements simples, diversifiés et solidaires.

Cette plateforme de viager 2.0 propose d'acquérir à plusieurs un bien immobilier sans rente : l'acheteur bénéficie d'un prix décoté et le vendeur dispose immédiatement du capital. L'acheteur choisit le ou les projets sur lesquels il souhaite investir. Une fois l'objectif de financement atteint, la vente est conclue et l'investisseur reçoit un nombre de parts proportionnelles à sa mise. Il peut décider de les revendre sur le marché secondaire par le biais de Livsty ou attendre la libération du bien.

En fonction de son âge, le vendeur perçoit entre 50% et 70% de la valeur du bien, sans possibilité de rente, et l'acheteur peut espérer un rendement de 6% à 8% par an.

L'avantage est double : l'investisseur n'a pas de rente à payer sur une durée inconnue et le propriétaire touche directement une somme importante. Une fois le bien libéré et vendu, l'investisseur empoche le pourcentage de la vente à un prix réactualisé. Avec cette solution ancienne que constitue le viager, Livsty apporte une réponse innovante à la problématique des seniors propriétaires avec de faibles revenus ou qui souhaitent aider leurs proches de leur vivant.

 

*Enquête YouGov "Les Français et le viager" pour le réseau Guy Hoquet - octobre 2017

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications