Immobilier : hausse du prix des maisons individuelles

immobilier-hausse-du-prix-des-maisons-individuelles

À compter du 1er janvier 2022, la RE2020 ou Réglementation Environnementale 2020 va remplacer l'actuelle RT2012 pour la construction des bâtiments neufs. Ces nouvelles normes vont s'imposer aux projets de maisons individuelles et générer une hausse des prix. Vous avez jusqu'au 31 décembre 2021 pour déposer votre permis de construire et éviter de payer plus cher votre maison individuelle.

 

RE2020 et maison neuve : impact sur le coût de construction

En parallèle du vaste plan de rénovation de l'habitat ancien qui vise l'éradication totale des passoires thermiques à l'horizon 2028, le gouvernement fait évoluer les normes de construction pour améliorer les performances thermiques et diminuer l'empreinte carbone des bâtiments. 

L'actuelle Réglementation Thermique 2012 (RT2012) va être remplacée par la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020) qui s'appliquera dès janvier 2022 pour la construction de logements, avec des étapes ultérieures jusqu'en 2031. Ces nouvelles exigences de sobriété en matière d'énergie vont augmenter les coûts de construction, et notamment ceux des maisons individuelles.

Selon le ministère de la Transition écologique, les surcoûts immédiats seront a priori faibles, de l'ordre de 3% à 4% des coûts de construction, avec des variations selon les types de construction. Et à l'horizon 2031, les surcoûts anticipés ne dépasseront pas 10% du coût actuel, que ce soit pour les maisons individuelles ou des logements collectifs. 

Lors du lancement de la RT2012, le surcoût était évalué entre 10% et 15%, mais se révèlera quasiment nul grâce aux progrès des matériaux et des techniques, et aux économies d'échelle de production de ces matériaux. Le ministère insiste sur les gains socio-économiques générés par la mise en œuvre de ces normes censées compenser les surcoûts : baisse de facture énergétique, diminution des émissions de gaz à effet de serre, création d'emplois.

Les chiffres avancés par les autorités publiques sont contestés par les professionnels du bâtiment dont certains anticipent un surcoût de 10% à 15% dès 2022 pour les maisons neuves si l'on veut respecter cette future réglementation. D'autres spécialistes de la construction passive avancent même un surcoût qui pourrait atteindre jusqu'à 25%, sous réserve d'une industrialisation poussée de la construction en ossature bois. Les matériaux biosourcés et renouvelables seront en effet privilégiés, ce qui va booster les bâtiments en bois aux dépens du béton et de l'acier. Ces surcoûts sont loin d'être maîtrisés comme le laisse entendre le ministère de la Transition écologique.

RE2020 et dépôt permis de construire

Si vous portez un projet de construction de maison individuelle, vous pouvez échapper à ces surcoûts liés à la RE2020 en déposant votre permis de construire avant le 31 décembre 2021. Si votre budget ne peut supporter les coûts additionnels pour rendre votre maison conforme à la RE2020, il vous faut absolument faire votre demande à la mairie de votre commune avant cette date butoir.

Pour un projet de maison neuve située dans un lotissement, c'est-à-dire avec une division foncière, le dépôt du permis de construire ne peut se faire qu'après achèvement des travaux d'aménagement du lotissement. Vous êtes alors dépendant de l'avancement de ces équipements desservant le lot.

Si vous avez déjà entrepris des démarches auprès des banques pour financer votre projet, les surcoûts inévitables d'une construction neuve à compter de 2022 vont avoir un impact sur votre taux d'endettement. Avec un taux d'effort sur le fil du rasoir (au plus 35% de vos revenus nets), votre projet va être fragilisé par la hausse automatique des prix de la construction. Si vous en avez la possibilité, adaptez votre projet en diminuant par exemple la surface habitable ou en réduisant le coût du foncier en construisant ailleurs.

RE2020 : une réglementation ambitieuse

L'entrée en vigueur de la RE2020 était initialement prévue en janvier 2021, puis reportée à l'été 2021, pour finalement être effective au 1er janvier 2022 après concession faite aux acteurs du bâtiment. 

Cette nouvelle réglementation vise 3 objectifs :

  1. diminuer l'impact sur le climat des bâtiments neufs : la norme doit inciter les constructeurs à utiliser des modes constructifs qui émettent peu de gaz à effet de serre ou qui permettent d'en stocker, tel que le recours aux matériaux biosourcés.
  2. poursuivre l'amélioration de la performance énergétique et la baisse des consommations des bâtiments neufs : les performances d'isolation sont renforcées, quel que soit le mode de chauffage installé. Comme en RT2012, le Bbio exprime le besoin bioclimatique par un coefficient évaluant l'efficacité énergétique du bâti, indépendamment du système énergétique mis en œuvre. Par rapport à la RT2012, le Bbio de la RE2020 est réduit en moyenne de 30%.
  3. garantir un logement adapté aux conditions climatiques par l'introduction d'un objectif de confort en été : les futurs logements neufs devront offrir un confort suffisant en périodes caniculaires.

Une des évolutions majeures apportées par la RE2020 est d'atteindre un bilan énergétique passif, en clair une maison neuve devra produire autant d'énergie qu'elle en consomme. Cela signifie entre autres la fin du chauffage au gaz pour laisser place aux pompes à chaleur, à l'électrique et au chauffage à granulés de bois, ainsi que la pose de panneaux solaires ou photovoltaïques et l'utilisation d'isolants plus vertueux que les laines minérales comme le chanvre, le bois ou la ouate de cellulose.

Dernières publications