Immobilier : quel état du marché en juillet 2021 ?

etat-du-marche-juillet-2021

Le marché immobilier a formidablement résisté à la crise. La demande reste forte et les prix continuent d'augmenter, sauf à Paris. Les zones rurales et les villes moyennes tirent profit de la situation. Les biens à vendre et à louer commencent à manquer, ce qui fait craindre aux professionnels une pénurie prochaine de logements.

 

Un marché immobilier hyper dynamique

Selon les derniers chiffres de la Fnaim (Fédération nationale de l'immobilier), le nombre de transactions est en hausse de 4% sur un an. 1 080 000 logements anciens ont été vendus entre mars 2020 et mars 2021, un niveau légèrement au-dessus des années précédentes. 

Ces chiffres montrent que la pierre reste un investissement stable et pérenne, une valeur refuge en temps de crise. Même si le contexte est inédit, avec une pandémie qui a mis à l'arrêt l'économie et des confinements répétés qui ont empêché le bon déroulement des affaires, les Français ont réaffirmé leur confiance dans l'immobilier, "seul actif dont la volatilité est faible". 

L'augmentation à l'échelle nationale cache une particularité qui peut surprendre, car inhabituelle. Le marché parisien est en chute libre, avec 16% de ventes en moins depuis janvier 2020, un phénomène qui a une incidence sur les prix des logements. 

Des prix tirés vers le haut

Les transactions vont bon train et les prix aussi. Sur un an, à la fin du deuxième trimestre 2021 (prix arrêtés au 10 juin 2021), la hausse s'établit à 5,1% pour la France métropolitaine. Les prix des maisons progressent de 5,2% à 2 364€/m2, et les appartements de 5% à 3 916€/m2. 

L'augmentation actuelle des prix des logements anciens s'avère plus forte en comparaison annuelle. Au T2 de l'année 2020, les prix avaient grimpé de 4% tous logements confondus (2,6% pour les maisons et de 5,1% pour les appartements). Au T2 de l'année 2019, la progression annuelle était de 1,4% pour les maisons et de 3,2% pour les appartements. 

On observe une hausse plus significative pour les maisons, preuve du vif intérêt des Français pour un habitat individuel, ouvert sur un espace extérieur. 

Les données au niveau national occultent les disparités de terrain. À Paris, les valeurs se replient légèrement, à -0,9%, contre +6,4% l'an dernier à la même époque. Les Parisiens préfèrent les villes limitrophes ou les autres régions pour s'installer, ce qui compresse la demande à Paris intra-muros. En Île-de-France, les prix décollent, de +3,5% pour les appartements (6 377€/m2) et de +6,1% pour les maisons (3 566€/m2). 

Ce changement de comportement immobilier fait également le jeu des zones rurales et des villes moyennes, où les prix augmentent respectivement de 2,4% et de 7,2%. L'an dernier, la demande encore modeste pour la campagne avait offert aux prix une maigre inflation (+0,7%).  

Dans une moindre mesure, les métropoles subissent elles aussi le désamour des ménages. Les valeurs restent en hausse, de manière plus ou moins marquée selon la commune. En moyenne sur un an, les prix des logements en province ont bondi de 5,7% (+6,4% pour les appartements et +5,1% pour les maisons). Les villes qui enregistrent les plus fortes hausses sont :

  • Dijon : +6,2%
  • Ajaccio : +5,6%
  • Orléans : +5,5%
  • Rennes : +5,5%
  • Rouen : +5,4% 

Lille, Bordeaux et Toulouse sont en bout de piste avec des hausses respectives de 2,6%, 2,2% et 1%. 

Les Français portent un nouveau regard sur leur habitat. Ce rééquilibrage territorial témoigne du désir de s'éloigner des grandes villes pour gagner plus d'espace. Grâce au niveau historiquement bas des taux d'emprunt, les ménages ont pu acquérir leur logement à des conditions exceptionnelles, malgré les règles d'octroi visant à restreindre l'accès au crédit immobilier. 

Une offre de logements insuffisante

Les professionnels anticipent néanmoins une situation inquiétante. Selon la Fnaim, l'offre de logements à vendre est en repli de 26% sur les six derniers mois. Le mouvement baissier est observé dans les villes rurales (-32%) et dans les villes moyennes (-27%), à l'inverse de Paris où la chute est pour le moment limitée (-3%). La reprise de la location touristique depuis janvier 2021 porte un risque d'érosion du parc privé à court terme. 

Face aux nouvelles contraintes imposées aux propriétaires bailleurs (permis de louer, encadrement des loyers, nouveau DPE), certains sont en effet tentés par la location de courte durée qui s'affranchit de ces règles. Alors que le segment de la location touristique souffrait les affres de la crise en 2020, incitant les propriétaires à se tourner vers la location classique, depuis janvier 2021, le nombre d'annonces sur Airbnb affiche un niveau supérieur à ce qu'il était avant la crise. L'offre locative s'en trouve perturbée, avec, pour victimes collatérales, des ménages qui peinent à trouver un logement. 

D'autant plus que le marché du neuf est lui aussi frappé par une pénurie depuis des années. Les constructions et les mises en chantier sont en diminution constante depuis le troisième trimestre 2018. 

Dans un communiqué de presse en date du 30 juin dernier, la Fnaim rappelle que 40% des logements du parc privé vont changer de classe entre l'ancien et le nouveau DPE, en place depuis le 1er juillet 2021. Tout en partageant l'objectif de rénovation des logements les plus énergivores, la fédération regrette que l'exigence grandissante en matière de performance énergétique ne soit entourée d'aucune mesure convaincante d'accompagnement pour les bailleurs et les copropriétés. Pour elle, rénover la moitié du parc privé locatif en seulement 12 ans est illusoire, le faire croire est "juridiquement, techniquement et financièrement malhonnête". 

Parmi les mesures préconisées pour une préservation du parc locatif, la Fnaim demande au gouvernement de garantir à long terme les dispositifs MaPrimRénov' et l'éco-PTZ, qui permettent aux ménages, occupants ou bailleurs, de financer leur reste à charge sur les travaux de rénovation.

Dernières publications