Crédit immobilier en décembre : quel taux fait-il ?

taux crédit immobilier décembre 2021

Les taux d'intérêts sont en très légère hausse depuis la rentrée de septembre en raison du contexte monétaire. Comme de coutume, décembre n'est pas un mois porteur pour le marché immobilier. Les banques ralentissent la cadence à l'approche des fêtes, ne distribuent plus de prêts aidés (PTZ) et les bilans sont quasiment bouclés. Les conditions d'emprunt restent néanmoins toujours aussi favorables à l'accession à la propriété, mais la hausse constante des prix pèse sur la demande.

Taux toujours au plancher

Ça bouge très peu du côté des taux d'intérêts. En fonction des durées, les ajustements à la hausse sont de l'ordre de 3 à 10 points de base et sont essentiellement pratiqués par les banques qui n'avaient pas remonté leurs barèmes en octobre. Depuis septembre dernier, les valeurs se redressent doucement, sans entamer leur exceptionnelle attractivité.

Le taux moyen s'affiche autour de 1,05% sur la durée classique de 20 ans (hors assurance et coût des sûretés), mais les profils premium arrivent à décrocher un taux joliment décoté à 0,70%. Les dossiers les moins bien dotés s'endettent à 2% sur cette même maturité, ce qui leur laisse peu de marge pour ajouter les frais annexes (assurance emprunteur, garantie, etc.) et garder le TAEG les clous de l'usure (2,41% sur 20 ans et plus au quatrième trimestre 2021).

Il est pour l'heure impossible d'affirmer si cette tendance haussière va s'inscrire dans la durée. Si des ajustements marginaux, à la hausse comme à la baisse, sont toujours envisageables, il est peu probable que se produisent des mouvements brutaux dans les semaines et les mois à venir.

Malgré une très nette remontée de l'inflation (2,8% sur un an en novembre en France, contre 0,5% en 2020), la Banque Centrale Européenne continue sa politique accommodante dans la zone euro en maintenant le taux de refinancement à 0%, afin de soutenir la reprise économique dans un contexte de crise sanitaire loin d'être résolue. Indicateur majeur pour l'évolution des taux fixes des crédits immobiliers, l'emprunt de l'État français sur 10 ans (OAT 10 ans) est quant à lui repassé en territoire positif à la mi-septembre, oscillant depuis entre 0,08% et 0,28% (1er novembre), pour s'approcher de nouveau de 0% (0,01% au 2 décembre).

Nombre record de transactions sur fond de prix en hausse

Les conditions d'emprunt demeurent donc propices à l'achat immobilier, et ce ne sont pas les chiffres des transactions qui vont le contredire. À fin août, le volume de ventes de logements anciens sur douze mois a dépassé le volume record du mois précédent, totalisant 1 208 000 opérations, en progression de 23% sur un an. 2021 sera un millésime hors normes, aussi bien en termes de transactions, de types de logement que de prix.

La pandémie a redistribué les cartes de l'immobilier, renforçant l'appétence des Français pour les communes de taille moyenne et les zones rurales. Cette frénésie immobilière a des conséquences sur les prix. Les régions de l'Ouest sont particulièrement prisées, ce qui déséquilibre l'offre et la demande sur les marchés locaux. À Brest, les prix ont gagné 20% en un an, c'est inédit !

Selon le dernier indice des Notaires de France et de l'Insee, les prix de l'immobilier ancien ont grimpé en moyenne de 7,4% sur un an au troisième trimestre 2021. La hausse est plus nette en régions (+8,8%). On observe également un fort engouement des acheteurs pour les maisons dont les prix augmentent de 9,4% sur un an, contre 7,5% pour les appartements.

La forte progression des prix de l'immobilier ancien pénalise la capacité d'achat des ménages, alors que les règles d'octroi des crédits imposent toujours la double limite du taux d'endettement à 35% et de la durée de remboursement à 25 ans. Pour obtenir le financement de leur projet immobilier dans le respect des normes, les emprunteurs doivent mobiliser davantage d'épargne. Au troisième trimestre 2021, le taux de l'apport personnel était de 19,5% du montant d’une opération, en hausse de 13,8% depuis décembre 2020. En prenant le montant moyen d'un emprunt contracté par la clientèle primo-accédante du courtier Cafpi (240 300€), il faut présenter un apport de près de 30 000€ pour décrocher le financement bancaire.

Tassement de la demande

Même si les acheteurs, agacés par les divers confinements, accordent beaucoup d'importance à l'espace et à l'environnement depuis le début de la pandémie, le prix reste le premier critère de décision. Difficile de concilier les envies de verdure et de maisons à la réalité budgétaire. La rareté de biens abordables hors des centres-villes fait monter les prix. Et la demande commence à en souffrir, notamment du côté des primo-accédants qui sont la première clientèle des courtiers en crédit. Chez Cafpi, ils représentaient 64% des dossiers en novembre, en recul par rapport au mois précédent (67%).

Après un vif redressement de l'activité au cours du printemps, la demande s'est affaiblie en juillet, un ralentissement saisonnier habituel, mais la production de crédit ne s'est pas ressaisie à la rentrée. Selon les données de l'Observatoire Crédit Logement, elle a reculé de 6,7% en glissement annuel à fin octobre. Le nombre de prêts est lui en retrait de 8,2%, alors qu'il augmentait encore de 39% en juin dernier en comparaison avec juin 2020.

Le marché du neuf est lui aussi à la peine, pour d'autres raisons, car la demande reste forte. Ce ne sont pas les clients qui manquent mais les permis de construire. Les ventes aux particuliers chutent de 23% au troisième trimestre par rapport à la même période. La pénurie immobilière, entretenue par la pénurie de foncier, entraîne une hausse moyenne des prix de 5,7% sur les douze derniers mois, avec des pointes à plus de 8% pour Grenoble, Rennes et Toulouse (chiffres du Laboratoire de l'Immobilier). Et ce n’est pas l’attentisme à l’approche de l’échéance électorale présidentielle qui va améliorer la donne.

Dernières publications