Immobilier : 6 locataires sur 10 souhaitent déménager dans l'année


6-locataires-sur-10-souhaitent-demenager

La crise sanitaire et économique a modifié le rapport des Français à leur logement. La demande de maison explose et un grand nombre de locataires envisagent de déménager à plus ou moins courte échéance. Mais le changement n'est pas toujours synonyme d'achat immobilier, comme nous l'apprend un récent sondage réalisé par le réseau d'agences immobilières Orpi.

Changer de logement : un désir fort chez les locataires

Les deux confinements, sans compter les épisodes répétés de couvre-feu, ont obligé les Français à porter un regard nouveau sur leur logement. Pour certains, "l'enfermement" fut et est encore vécu comme une contrainte quand l'appartement est trop exigu, mal adapté et sans accès extérieur. Depuis avril 2020, les recherches de logements portent davantage sur les maisons et les appartements avec balcon ou terrasse, avec un appétit marqué pour les zones moins densément peuplées et la campagne au détriment des grandes agglomérations.

Une étude réalisée en décembre 2020 par Orpi, premier site de réseaux immobiliers en France avec 1 300 agences réunies en coopérative, s'est intéressée aux projets immobiliers des locataires. Près de 7 personnes interrogées sur 10 expriment des velléités de changement de logement, elles sont même 6 sur 10 à vouloir le faire dans l'année. À l'horizon de 6 mois, le désir de déménager concerne 34,5% des sondés. Ces chiffres dénotent un profond malaise des locataires, plus impactés par la crise sanitaire que les foyers propriétaires de leur habitation.

Changer n'est pas acheter !

Jamais le logement n'a été autant au cœur des préoccupations des Français : accéder à la propriété est un désir qui s'intensifie, pour des motivations qui existaient déjà avant l'épidémie de Covid-19 mais qui se révèlent aujourd'hui en pleine lumière. Pourtant, du rêve à la réalité, il y a un fossé que beaucoup ne peuvent franchir.

L'étude d'Orpi nous indique que 4 locataires sur 10 souhaitant changer de logement ont l'intention de se lancer dans un projet d'achat immobilier. Selon eux, l'accession à la propriété leur offre :

  • un sentiment de liberté (56,5%),
  • l'occasion de faire un investissement (23%),
  • la possibilité d'anticiper la retraite et de transmettre un patrimoine (9%),
  • un sentiment de sécurité (2%) .

Pour les autres 60% désireux de changer de logement tout en restant locataires, l'accession à la propriété est perçue diversement :

  • ce n'est pas leur priorité pour le moment (28%) ;
  • ce n'est pas leur intérêt (15%) ;
  • l'obtention d'un prêt immobilier est problématique (12%) ;
  • s'engager dans un achat immobilier leur fait peur (4%).

La maison ou le Graal immobilier

Le spécialiste de l'immobilier note par ailleurs une forte prédilection pour les maisons individuelles dans les recherches effectuées sur le portail, une observation confirmée par un autre sondage. Selon le dernier baromètre Provicis/Immo de France-Harris Interactive, la moitié des Français voudraient vivre à la campagne ou dans une petite commune, et la maison individuelle reste de loin l'habitat préféré (75%).

Le télétravail peut permettre à certains d'accéder à un cadre de vie moins urbain. Selon Provicis, 33% des personnes qui le pratiquent estiment qu'une zone rurale est le lieu idéal. Parmi toutes les personnes interrogées sur un éventuel nouveau logement, la présence d'un jardin est largement prioritaire (77%), plus encore, un nombre suffisant de pièces pour que chaque membre du foyer puisse s'isoler (92%). Imposé durant le premier confinement, puis recommandé à toutes les entreprises qui peuvent le mettre en place, le télétravail est une pratique en plein essor. Les conditions de travail difficiles dans un logement mal isolé, mal chauffé ou tout simplement inadapté ont sans aucun doute placé le confort de l'habitat et le bien-être chez soi comme de nouvelles priorités.

Le difficile accès à l'emprunt immobilier

Un chiffre compte plus que tout autre dans le sondage Orpi : 33% des locataires qui souhaitent changer de logement ne peuvent devenir propriétaires par manque de moyens financiers. Dans l’étude Provicis, le taux grimpe à 63% ! L'accès au crédit immobilier s'est rétréci en 2020 pour les motifs économiques liés à la crise sanitaire, également en raison des nouvelles règles d'octroi voulues par le régulateur.

Malgré un assouplissement du cadre bancaire de distribution des prêts à l'habitat, acté depuis janvier 2021, et couplé au repli des taux d'emprunt et à la hausse des taux de l'usure, les primo-accédants restent prudents. En 2020, le taux de refus de financement immobilier est monté à 17% contre 5,5% en moyenne sur l'année 2019, touchant majoritairement ceux qui portent un premier projet immobilier et les investisseurs.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications