Assurance de prêt : les 4 motifs qui font grimper le tarif


profession-risque-cout-assurance.

Le coût d'une assurance de prêt immobilier est déterminé grâce à plusieurs paramètres, au premier rang desquels l'âge et l'état de santé. Il est des habitudes de vie et des pratiques qui rehaussent la notion de risque, entraînant des exclusions et des surprimes qui viennent alourdir la facture.

Fumer coûte cher

Parmi les risques que l'assureur va scruter avec attention, le fait de fumer aura une incidence notable sur le tarif de votre assurance emprunteur. Dans le questionnaire de santé que vous remplissez lors de la souscription, vous devez informer l'assureur si vous êtes fumeur non-fumeur. Peu importe le nombre de cigarettes grillées, c'est l'acte qui sera retenu. L'assureur ne fait aucune distinction entre fumeur occasionnel et régulier, non plus entre cigarettes, cigares, pipe et cigarette électronique. Il vous demandera des examens complémentaires (prise de sang, radio des poumons, visite chez le cardiologue, etc.), et en fonction des résultats, appliquera une surprime plus ou moins élevée. Si vous souffrez d'asthme, de bronchite chronique, d'emphysème ou d'autres pathologies liées au tabagisme, le taux appliqué peut doubler comparativement à un fumeur qui ne présente aucun souci de santé. En général, un fumeur paie deux fois plus cher son assurance emprunteur qu'un non-fumeur. La facture s'alourdit au fil des ans, puisque vous cumulez les risques liés à l'âge et une pratique à risque.

Vous avez arrêté de fumer ? Bravo ! Vous ne pourrez mettre en avant cette démarche de santé qu'après deux années d'abstinence. Après 24 mois sans tabac, informez votre assureur qui procédera à une révision du tarif après un test de cotinine destiné à confirmer que vous n'êtes plus exposé à la fumée de tabac. Vous pouvez également résilier le contrat en cours et le substituer par une offre concurrente pour obtenir un tarif plus compétitif.

Votre profession comporte des risques accrus

Policier, pompier, militaire, agent de sécurité, ouvrier du bâtiment, agriculteur, personne manipulant des objets lourds, des produits chimiques ou toxiques, docker, … la liste est longue des métiers qui exposent à des risques d'accidents ou de maladie, voire de mort précoce. Les professions médicales peuvent en faire partie, non pas parce qu'elles présentent des risques, mais que les causes pouvant empêcher l'exercice sont nombreuses : un chirurgien ne pourra plus opérer s'il se blesse à la main lors d'un banal accident de la vie courante.

Attention aux garanties incapacité/invalidité en cas d'arrêt de travail. L’IPT (Invalidité Permanente Totale) et l'ITT (Incapacité Totale de Travail) sont définies comme l'inaptitude à exercer toute activité professionnelle ou son activité professionnelle. Cette subtilité a toute son importance : avec la clause d'exclusion "toute activité professionnelle", l'assureur va refuser la mise en jeu de la garantie si vous n'êtes pas en mesure de reprendre votre métier d'origine mais capable d'en exercer un autre.

Vous aimez l'adrénaline

Faire du sport, c'est bon pour la santé, mais certaines disciplines sportives peuvent augmenter le coût de l'assurance emprunteur, compliquer la souscription voire même l'interdire. Les assureurs tiennent compte des statistiques pour définir le niveau de risques de chaque discipline : nombre d'accidents annuels, leur gravité, nombre d'invalidité et de décès. Là encore, la liste des exclusions est longue : aéronautique, équitation, parachutisme, sports de montagne (escalade, trekking, alpinisme, ski hors-piste), sports de combat (boxe, kick boxing, karaté), sports nautiques (plongée sous-marine, plongée en apnée), sports nécessitant l'utilisation d'un engin à moteur, entre autres pratiques dont l'historique des accidents sont susceptibles d'entraîner une exclusion au contrat. Certains assureurs autorisent le rachat d'exclusion contre une surprime, mais toutes les disciplines ne sont pas rachetables.

Attention, les exclusions ne s'appliquent pas si la pratique est occasionnelle (baptême, initiation).

Vous êtes un gros rouleur

Le fait de rouler beaucoup est généralement lié à la profession (agent commercial, chauffeur de poids lourd, de taxi, coursier). Et plus on se déplace, plus on est exposé à des risques. Dans le questionnaire de souscription, il vous sera demandé le nombre de kilomètres parcourus en voiture chaque année, également si vous prenez très souvent l'avion, en particulier des longs courriers ou si vous vous voyagez vers des destinations comportant des risques aggravants d'accidents ou de maladie. La fréquence et l'intensité des déplacements professionnels sont des critères pris en compte pour déterminer le niveau de risque. Rouler plus de 25 000 km même 20 000 km par an en voiture a une incidence sur le calcul de votre cotisation.

Jouez franc jeu avec votre assureur

Avec tous ces facteurs de surcoût, qui ne serait pas tenté de minimiser la situation, par un simple mensonge par omission ? Ce serait prendre un risque inconsidéré, car la réglementation est claire : "le contrat d’assurance est nul en cas de réticence ou de fausse déclaration intentionnelle de la part de l’assuré, quand cette réticence ou cette fausse déclaration change l’objet du risque ou en diminue l’opinion pour l’assureur" (article L.113-8 du code des assurances). En cas d'omission ou de déclaration inexacte, l'assureur a le droit de résilier le contrat si la mauvaise foi est établie. Le risque est énorme : vous n'êtes pas couvert, et vous perdez le bénéfice des primes déjà payées. Le fait de mentir sur sa santé ou la pratique d'un loisir à risque va dégager l'assureur de sa responsabilité en cas d'incapacité ou de décès survenu suite à une maladie ou à un accident lié à ces risques non mentionnés. Les charges, à savoir tout ou partie des mensualités d'emprunt, reviennent alors au co-emprunteur ou aux ayants droit.

Le marché de l'assurance emprunteur est très concurrentiel, chaque compagnie applique une politique des risques qui lui est propre. À côté des contrats bancaires que cherchent systématiquement à placer les établissements de crédit, vous avez l'opportunité de souscrire un contrat délégué auprès d'un assureur externe. À garanties équivalentes, il vous en coûtera deux, trois voire quatre fois moins cher. Les personnes présentant des risques accrus pour raisons de santé, professionnelles ou de pratique dangereuse n'ont d'autre alternative que solliciter une assurance spécifique, les banques excluant d'emblée ce type de profil.

Faites confiance aux experts de Magnolia.fr pour trouver l'assurance emprunteur sur-mesure qui correspondra exactement à votre problématique et à votre projet immobilier.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications