Frais d'agence : comment sont calculés les honoraires ?


Nombreux sont les particuliers qui font appel à des agences immobilières dans le cadre d'une recherche de bien. En effet, en raison de leur expertise en la matière ainsi que des importantes facilités administratives qu'une telle démarche permet, l'agence immobilière est bien souvent une solution idéale pour un achat dans les meilleures conditions. Néanmoins, il est important de garder à l'esprit que faire appel à ces professionnels de l'immobilier a un coût : les frais d'agence. Même si ces tarifications spécifiques varient d'une agence à l'autre, le calcul des frais d'agence repose sur certaines règles communes qui seront présentées ci-après.

Comment sont calculés les honoraires des agences immobilières ?

Des frais d'agence encadrés par la loi

La première chose à savoir concerne les frais d’agence immobilière : ils sont facturés à la suite de l'acquisition effective d'un bien immobilier et ne sont nullement encadrés par la loi. La seule obligation qu'elles ont, eu égard à ces frais, concernent leur communication. Il leur est en effet imposé d'afficher clairement leur barème de calcul en y incluant les charges (tarif TTC). De manière générale également, ce barème est dégressif ; ainsi, plus la valeur du bien est importante, plus le pourcentage de calcul des honoraires agence immobilière se voit réduit. Ces pourcentages de frais, naturellement, dépendent de la réputation des agences, mais surtout des tarifs de l'immobilier au sein des communes dans lesquelles elles sont localisées. Ces frais fonctionnent qui plus est par tranche ; pour connaître le pourcentage qui s'appliquera concernant le cout agence du bien que vous envisagiez d'acquérir, il s'agira de déterminer dans quelle gamme de prix il se situe.

Des tarifs qui oscillent entre 5 et 10% du prix de vente

Pour se faire une idée très générale de la commission agence à laquelle on peut s'attendre lors d'un achat immobilier, on peut retenir que la commission d'agence immobilière oscille entre 5 et 10 % du prix de vente du bien. Notez qu'en ce qui concerne les frais de notaire, les choses sont plus claires : ceux-ci sont encadrés par la loi.

Quelle est la meilleure option : passer par un mandataire, un notaire ou une agence ?

Les contraintes de la vente entre particuliers

Lorsque nous avons pour projet d'acquérir un bien immobilier, il est courant d'envisager un maximum d'options et de les comparer, de manière à opter pour la solution la plus avantageuse sur le plan financier. En effet, dans le cadre de l'obtention d'un prêt immobilier, pour une transaction aussi importante, il est primordial de faire en sorte de disposer de l'option la plus intéressante. Bien que généralement la moins coûteuse, la possibilité d'opérer via une transaction de particulier à particulier est, de manière compréhensible, très souvent exclue. Si les frais d'agence sont naturellement évités lorsque l'on procède ainsi, les contraintes administratives et les risques encourus sont importants.

Agent, notaire ou mandataire ?

Reste alors à faire son choix entre les trois acteurs principaux du monde de l'achat immobilier : l'agent immobilier, le notaire et le mandataire. Il est bon de savoir d'emblée que ces solutions sont très proches, les différences entre ces trois types de professionnels vont se situer au niveau de leurs tarifications. Ainsi, les notaires ont des frais encadrés par la loi, permettant une meilleure visibilité des frais auxquels nous nous engageons. Les agents immobiliers proposent des tarifs moins encadrés et en moyenne un peu plus élevés, mais leur expertise permet souvent d'acquérir des biens très intéressants à des tarifs concurrentiels. Enfin, le mandataire immobilier agit généralement pour le compte d'agences et a pour avantages de proposer des délais plus intéressants ainsi que des frais réduits.

Qui doit alors s'acquitter des honoraires ?

Des frais à la charge du vendeur …

La question ici est de savoir qui, du vendeur et de l'acheteur, devra régler la commission agence immobilière. En effet, on pourrait imaginer en toute logique, au premier abord, que la charge de ces frais reviendra au vendeur ; c'est en effet lui qui est à l'origine de la vente, et c'est généralement précisément ce qui se produit lorsque la transaction s'effectue via une agence immobilière. Il est à noter que ceci n'est en aucun cas encadré par la loi, il s'agit en fait plutôt d'une tradition nationale. Ainsi, en Bretagne, les frais d'agence sont à la charge de l'acheteur, une sorte d'exception confirmant la règle.

Ou de l’acquéreur !

Néanmoins, dans certains cas, tout ou partie de ces frais peuvent être à la charge de l'acquéreur lors du calcul honoraires, et c'est notamment le cas lorsqu'il a été fait appel à un mandataire. En effet, une telle prestation, en ce qu'elle s'avère être plus intéressante sur le plan financier pour les deux acteurs de la vente, avantage de toute manière l'acheteur qui, même s'il doit s'acquitter de certains frais, généralement partagés avec le vendeur, bénéficiera d'un tarif réduit au moment du calcul des frais de notaire : on déduit les honoraires lors du calcul de ces derniers.

La commission d’agence immobilière est-elle négociable ?

L'un des points forts du système français encadrant les transactions immobilières réside dans cet aspect central, lequel revêt toute son importance, à la fois pour l'acheteur et le vendeur : la forte négociabilité des frais d'agence. En effet, il s'agit ici d'une pratique très courante dans l'hexagone, et sur laquelle le vendeur et l'acquéreur comptent indéniablement pour voir leurs charges diminuer autant que possible au moment de la signature. En effet, en raison d'un parc immobilier moins fourni et du coût de la vie qui augmente, les ventes immobilières ont tendance à se faire plus rares. Ainsi, les agences n'hésitent pas, de leur côté, à lâcher du lest pour s'assurer que la transaction demeurera suffisamment intéressante pour les acteurs de la vente immobilière. Ces négociations n'étant pas encadrées par la loi, il est intéressant de préparer ses arguments et, lors du compromis de vente, d'en faire état de manière convaincante. Il peut être par exemple particulièrement judicieux d'étudier précisément le coût des travaux pour pousser le taux de l’agence immobilière vers le bas lors de la négociation des frais. N'hésitez pas non plus à mettre en avant les défauts du bien susceptibles de faire baisser la valeur de la maison. Lorsqu'il s'agit d'éléments qui peuvent relever du détail, tels qu'une pièce un peu moins lumineuse qu'une autre, une vue moyennement agréable lorsque l'on compare le bien à d'autres situés dans la même zone, il est tout à fait probable que l'agence immobilière ne les ait pas pris en compte lors du calcul de sa tarification.

Taux de crédit immobilier et d’assurance de prêt : comparez et négociez

Comparez les taux des banques pour votre crédit immobilier

Lors de l’achat d’un bien immobilier, il y a beaucoup d’éléments qu’il est possible de négocier : les frais d’agence comme vu ci-dessus, qui du fait du non encadrement législatif peuvent être revus à la baisse de manière importante mais également le taux de votre crédit immobilier ou de votre assurance de prêt. En effet, lors de la négociation avec votre banque, n’oubliez pas qu’il peut être possible d’abaisser le taux de votre crédit immobilier notamment en comparant les différentes offres et en faire part à votre établissement prêteur.

Économisez grâce à la délégation d’assurance de prêt

Concernant l’assurance emprunteur, il est est de même mais contrairement au crédit immobilier, 2 possibilités s’offrent à vous :

  • Choisir l’assurance de prêt groupe de votre banque
  • Choisir une assurance individuelle en dehors de votre banque

Choisir une assurance individuelle c’est la promesse de payer une assurance de prêt moins chère et aux garanties au moins équivalentes à celle de votre banque. N’oubliez pas : en moyenne, nos clients économisent 15 000 euros grâce à la délégation d’assurance. Une seule manière de pouvoir le réaliser : comparez les différentes offres grâce à un comparateur en ligne et faites la différence avec la proposition de votre banque ! Sachez que depuis 2010, vous êtes libre de choisir votre assurance de prêt, alors n’hésitez pas.

Il n’y a pas de petites économies lors d’un achat immobilier, ne négligez aucun détail.