Mutuelle senior : 4 astuces pour choisir le bon contrat


mutuelle-senior-4-astuces-choisir-bon-contrat

À compter du 1er décembre 2020, vous pourrez résilier votre complémentaire santé à tout moment après un an d'engagement. Vous n’êtes plus l’éventuelle victime de la reconduction tacite, un principe surtout profitable à l'organisme assureur. C'est le moment de vous interroger sur votre couverture santé. Voici 4 réflexes fondamentaux pour choisir une formule compétitive adaptée à vos besoins.

J'identifie mes besoins clefs

Savoir exactement ce dont on a besoin est la martingale pour éviter de payer indûment pour des prestations superflues. Certes, il est difficile d'anticiper des besoins de santé qui sont, pour la plupart, imprévisibles, mais l'âge aidant, on se connaît mieux et l'on est capable de faire un bilan de ses habitudes de consommation en matière de santé.

Faites la liste des soins que vous consommez le plus souvent :

  • consultations chez un généraliste ou/et un spécialiste
  • traitements médicamenteux au long court
  • hospitalisations répétées
  • soins paramédicaux (infirmier, kiné, ostéopathe, podologue, etc.)
  • lunettes, appareils dentaires, prothèses auditives.

Pour chaque type de soins, faites le compte de vos restes à charge pour envisager un meilleur niveau de remboursement.

Même épargné par les problèmes, soyez vigilant ! 7 adultes sur 10 portent des lunettes correctrices, et chez les 55 ans et plus, la proportion grimpe à près de 90%. La prévalence des problèmes d'audition est aussi liée à l'âge : environ 7 millions de Français souffrent d'une perte auditive, dont 80% de seniors. Une bonne hygiène bucco-dentaire, un autre point clef de la santé chez les seniors. Les dents s'usent naturellement, il faut également compter avec la prise de médicaments et les maladies chroniques courantes chez les seniors qui les exposent à un risque accru de problèmes dentaires.

J'identifie les soins ou actes non remboursés par la Sécu

La Sécu rembourse mal certains postes de soins, quand, pour d’autres, elle ne propose aucune prise en charge. Les implants dentaires et la chirurgie réfractive sont hors nomenclature, et ne bénéficient d'aucune aide financière de la part du régime général. Il en est de même des actes thérapeutiques pratiqués par des disciplines non reconnues par l'académie des sciences. Sont visées les médecines douces qui rencontrent pourtant un vif succès auprès des Français. 7 personnes sur 10 sont adeptes de la naturopathie, de l'ostéopathie, de l'acupuncture, de l'aromathérapie, de l'homéopathie et autres thérapies alternatives, qui sont bien souvent considérées comme efficaces pour soigner les petits maux en complément des traitements traditionnels.

Les mutuelles proposent des prises en charge forfaitaires de ses actes dont le niveau est très variable d'un contrat à l'autre.

Je m'appuie sur la réglementation

Le marché de la complémentaire santé est vaste, et souvent accusé d'illisibilité. Les contrats sont tous différents, chacun propose une couverture qui lui est propre à un tarif librement fixé, avec un libellé parfois abscons qui peut égarer le consommateur sur la réelle efficience de la couverture. La réglementation permet toutefois d'y voir plus clair.

Les contrats dits solidaires et responsables, qui représentent 95% du marché, sont soumis à un cahier des charges. La réforme du 100% Santé prévoit des paniers de soins minimum destinés à garantir un accès sans reste à charge à des équipements de qualité dans 3 postes :

  1. les lunettes de vue,
  2. les soins prothétiques dentaires,
  3. les prothèses auditives.

Les nouveaux contrats souscrits ou renouvelés doivent respecter ces obligations depuis le 1er janvier 2020 pour l'optique et le dentaire, et à compter du 1er janvier 2021 pour l'audiologie.

 

Voici les grandes lignes des autres spécificités des contrats responsables :

  • pas de sélection médicale à la souscription ;
  • pas d'évolution des cotisations en fonction de l'état de santé de l'assuré ;
  • remboursement du ticket modérateur, du forfait hospitalier (sans limitation de durée), de 2 actes de prévention annuels ;
  • plafonnement de la prise en charge des dépassements d'honoraires ;
  • plafonds de remboursements sur les équipements d'optique et d'audition à tarif libre.

L'assuré a lui aussi des obligations pour bénéficier pleinement des garanties :

  • respect du parcours de soins coordonnés ;
  • acquittement de la franchise médicale sur les boîtes de médicaments ;
  • acquittement de la participation forfaitaire sur les consultations.

Je compare les offres en ligne

Les comparateurs en ligne comme Magnolia.fr vous aident à bien évaluer le niveau de couverture des meilleures offres de santé complémentaire. En quelques clics, selon les besoins de santé que vous indiquerez, le comparateur sélectionne les formules qui correspondent à vos exigences.

Le tarif est le premier élément visible lors de cet exercice de comparaison. Ne vous arrêtez pas à ce seul paramètre, même si le choix d'une mutuelle est conditionné à votre budget. D'une offre à l'autre, les écarts de prix peuvent être importants pour un niveau de garanties équivalent. À l'inverse, deux contrats de même prix ne proposent pas nécessairement les mêmes prestations. En plus du tarif affiché, il est essentiel de comparer une à une les garanties et les indemnisations proposées.

À vous d'effectuer un arbitrage entre la dépense que vous pouvez consacrer à votre couverture complémentaire, les prestations indispensables et le reste à charge que vous êtes en mesure d'assumer. N'hésitez pas à contacter un courtier spécialisé pour vous aider à faire le bon choix.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications