Nouveau DPE : la grogne des propriétaires


nouveau-dpe-grogne-proprietaires

Entrée en vigueur le 1er juillet dernier, la nouvelle version du Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) fait polémique. Propriétaires et professionnels de l'immobilier s'insurgent contre cette réforme qui modifie le classement des logements, rétrogradant un grand nombre de biens en catégorie "passoire thermique". Des milliers de propriétaires sont pénalisés par ces déclassements et même si les Français sont prêts à rénover leur logement, les travaux de grande ampleur pour mettre un bien aux normes écologiques nécessitent des moyens bien supérieurs à ceux engagés pour MaPrimRénov'.

Éradiquer les passoires thermiques

Le gouvernement estime que la France compte environ 5 millions de logements énergivores, qualifiés de passoires thermiques. 4,8 millions pour être précis, selon le recensement de septembre 2020 effectué par le ministère de la Transition Écologique. L'objectif du plan de relance est d'éradiquer ces biens grands consommateurs d'énergie, grands émetteurs de gaz à effet de serre et donc peu vertueux pour la planète, au-delà d'être plus ou moins inconfortables et coûteux pour leurs occupants.

La volonté est claire : à l'horizon 2040, toutes ces passoires thermiques devront être éradiquées et d'ici 2028, elles seront exclues du marché locatif. Adoptée en juillet dernier, la loi Climat et Résilience interdit de louer les logements classés G sur l'échelle du nouveau DPE à compter de janvier 2025, et à partir de janvier 2028, sont concernés par cette interdiction ceux avec l'étiquette F. Ce sera au tour de logements classés E de sortir du marché locatif en janvier 2034. Progressivement, ces logements seront considérés comme indécents, et donc interdits à la location au regard de la loi.

La réglementation impose par ailleurs dès janvier 2022 la réalisation d'un audit énergétique, incluant une proposition de travaux, pour toute vente de bien immobilier classé F ou G. Cette obligation s'appliquera aux logements de la classe E à partir de janvier 2025.

Les vrais chiffres des passoires thermiques

Problème : de 4,8 millions de passoires thermiques, on passerait à 6 voire 7 millions avec la mise en œuvre du nouveau DPE, selon les professionnels de l'immobilier. Le gouvernement a vu juste avec les quelque 800 000 logements autrefois bien classés qui voient leur note dégradée par la nouvelle étiquette verte. Des milliers de particuliers qui souhaitent louer ou vendre leur logement se découvrent propriétaires d'une passoire thermique. Sont discriminés les logements chauffés au gaz ou au fioul et autrefois bien classés.

Le marché immobilier va inévitablement s'adapter au calendrier de la réforme pour moduler les prix. Les acheteurs potentiels d'un logement classé F ou G, voire E dans quelques années, ont la main pour négocier face à l'ampleur des travaux à engager. Une étude des Notaires de France de 2020 montre qu’une étiquette F ou G réduit le prix de 3% à 9% pour les appartements et de 3% à 18% pour les maisons. Rappelons que le nouveau DPE est désormais opposable, c'est-à-dire que l'acheteur peut le contester en justice et obtenir réparation.

Cette réglementation met une pression supplémentaire sur les particuliers vendeurs et les agences immobilières. À la moindre incertitude sur le DPE, le vendeur devra revoir ses prétentions.

MaPrimRénov' : une aide limitée

Le délai de 7 années octroyé par la loi pour rénover la moitié du parc privé est trop faible, selon Christophe Demerson, président de l'Unpi (Union nationale des propriétaires immobiliers). Il estime impossible de tenir le calendrier en raison de l'inflation sur les prix des matériaux, frappés de pénurie, et des conditions d'emprunt. Si les professionnels saluent l’utilité et le succès de MaPrimRénov', dispositif phare de rénovation énergétique de l'habitat, ils jugent cette aide “insuffisante pour garantir la réalisation de travaux qui permettront d'améliorer le classement énergétique des biens concernés", malgré les 2 milliards d'euros supplémentaires injectés par l'État dès l'an prochain.

Les passoires thermiques ont besoin de travaux de grande ampleur pour afficher a minima l'étiquette D. Un coût que MaPrimRénov' ne peut absorber. Si l'on veut à terme atteindre un parc privé rénové, respectueux de l'environnement, de nouvelles mesures de soutien aux particuliers, occupants comme investisseurs, sont indispensables et un calendrier plus réaliste doit être mis en place. Aujourd'hui, une rénovation globale dépasse les 50 000€, une enveloppe difficile à mobiliser pour des ménages modestes, bien souvent exclus du crédit. Si les travaux sont éligibles à MaPrimRénov', l'aide atteint au mieux 20 000€, en cumulant les certificats d'énergie (CEE).

Pour l'heure, la méthode de calcul du nouveau DPE est en phase de test. Des données sur son impact réel sont attendues d'ici quelques semaines, indique le ministère du Logement, qui défend une plus grande fiabilité du dispositif.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications