Crédit immobilier : les taux chutent encore !


les-taux-chutent-encore

Contre toute attente, les taux d'intérêts des crédits immobiliers ont poursuivi leur descente et atteint un nouveau seuil historique en juin dernier. Mais pour absorber la hausse des prix des logements, les emprunteurs ne peuvent compter uniquement sur des taux au plancher : ils doivent s'endetter sur de plus longues durées et présenter un apport personnel plus conséquent.

 

Du jamais vu en 20 ans

Selon les données de l'Observatoire Crédit Logement, en juin 2021, le taux moyen toutes durées confondues s'est établi à 1,06% (hors assurance et coût des sûretés), soit un nouveau record après celui du mois précédent. Depuis l'été 2020, les taux des crédits immobiliers poursuivent un recul lent mais bien réel, permettant aux candidats à l'emprunt de s'endetter à moindre coût. Malgré la remontée de l'inflation (indice des prix à la consommation à 1,5% sur un an en juin), les taux accordés aux particuliers ont reflué graduellement, un mouvement encore jamais observé depuis 20 ans.

Le taux de 1,06% est également la moyenne du deuxième trimestre 2021, soit 7 points de moins qu'au premier trimestre 2021. Les valeurs s'étaient redressées au cours du deuxième trimestre 2020 avec l'avènement de la crise sanitaire, passant de 1,12%, le point historique à l'époque, à 1,23%, pour opérer ensuite leur décrue.

Dans le détail, le taux moyen ressort à :

  • 0,86% sur 15 ans
  • 0,99% sur 20 ans
  • 1,18% sur 25 ans.

La baisse est plus marquée sur le marché de l'ancien, avec une moyenne de 1,07% en juin 2021 contre 1,17% en décembre 2020, comparativement au neuf qui affiche un taux moyen de 1,09% contre 1,16% en décembre dernier.

Toutes les durées sont concernées par ce mouvement baissier entamé en début d'année. Les prêts sur 15 ou 20 ans ont perdu 11 points de base et ceux sur 25 ans de 17 points de base. Les meilleurs profils, soit 25% des emprunteurs, ont pu obtenir une décote substantielle et décrocher le taux brut exceptionnel de 0,78% sur la maturité de 20 ans.

Selon l'Observatoire, la descente se poursuit, puisqu'à la mi-juillet le taux moyen s'affiche à 1,05%.

Hausse des durées de remboursement

Les durées d'emprunt suivent le mouvement inverse de celui des taux, et continuent de progresser pour compenser la hausse des prix des logements qui grignote des points au fil des mois. En juin 2021, la durée moyenne était de 237 mois, un niveau qui n'a jamais été aussi élevé. La durée moyenne croît de 8 mois par rapport à celle de décembre 2020. 

Dans toutes les grandes villes de France, sur un an à fin mai 2021, les prix des logements anciens augmentent, parfois à deux chiffres comme à Lille (+10,6%), à Nantes (+12,5%), à Orléans (+13,8%), à Strasbourg (+14,3%) ou encore Angers (+19%). Confrontés au renchérissement de l'immobilier, les emprunteurs n'ont d'autre choix que de s'endetter sur de plus longues durées pour respecter le taux d'effort qui doit rester sous les 35% conformément aux recommandations des autorités financières.

Les durées de remboursement s'étalent plus ou moins en fonction du niveau de ressources des emprunteurs. Ceux qui disposent d'un revenu de moins de 3 SMIC doivent s'endetter aujourd'hui sur 242 mois contre 232 en décembre 2020 ; avec 5 SMIC et plus, la durée de remboursement descend à 227 mois (231 mois en décembre 2020).

La structure de la production de crédits témoigne de cet allongement de la durée d'emprunt. Au T2 2021, près de 56% des nouveaux prêts à l'accession courent sur une durée comprise entre plus de 20 ans et 25 ans ; en 2020, cette proportion était de 47,9%. La part des prêts d'une durée inférieure à 20 ans recule, ainsi que celle des crédits de plus de 25 ans qui disparaissent quasiment à 0,2% du nombre total de crédits octroyés au trimestre dernier.

Pour mémoire, les banques n'ont plus le droit d'accorder des prêts immobiliers au-delà de 25 ans, sauf exception, et dans les limites autorisées par le régulateur, à destination de la primo-accession et de l'acquisition de la résidence principale. Nulle surprise que les maturités très longues constituent désormais une anomalie. Avec le nouveau recul des taux de l'usure depuis le 1er juillet 2021, la part des prêts les plus longs devrait encore se contracter et donc peser sur la production.

Un apport personnel plus important

En améliorant les conditions d'emprunt, les banques entendent bien soutenir la demande de crédits des particuliers malgré un contexte de crise économique. En glissement annuel au niveau trimestriel, le marché de l'ancien a augmenté de 67,4% en nombre de prêts accordés et de 82,8% pour la production. Celui du neuf progresse également très nettement, de +29,4% en nombre de prêts et de 32,9% pour la production. Des valeurs à relativiser compte tenu de la chute de l'activité au printemps 2020 avec le confinement.

L'accès au crédit immobilier s'est néanmoins recentré sur les clientèles les plus aisées. Il faut désormais 5,5 années de revenus pour devenir propriétaire dans l'ancien, contre 5,2 années il y a un an. Et pourtant, le niveau de l'apport personnel progresse de manière significative : +13% au premier semestre 2021 en glissement annuel, après +11,8% en 2020. Une augmentation considérable qui illustre la mutation du marché et l'accroissement de la part des ménages les plus aisés dans la distribution des crédits à l’habitat.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications