Crédit immobilier : plus difficile d'accès pour les femmes seules

acces crédit immobilier femmes

À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, penchons-nous sur le crédit immobilier au féminin. Si l'accès à l'emprunt reste un parcours du combattant pour beaucoup de candidats, les célibataires doivent affronter davantage de difficultés, surtout quand on est une femme. La femme, le sexe faible pour les banquiers et les assureurs ?

Couple versus célibataire

La situation matrimoniale d'un emprunteur est déterminante pour obtenir un crédit à l'habitat. L'accès à un financement bancaire repose sur la capacité d'endettement et quand on est deux, le chemin est largement plus ouvert.

Rappelons les fondamentaux pour décrocher un prêt :

  • un contrat de travail en CDI
  • un taux d'endettement inférieur au seuil admis (au plus 35% des revenus nets)
  • une situation financière saine (pas de comptes dans le rouge, pas de dettes en cours)
  • un apport personnel suffisant (au moins 10% du montant de l'acquisition), afin de financer a minima les frais de notaire et de garantie.

Malgré l'assurance emprunteur qui intervient en cas d'aléas de la vie (décès, invalidité et incapacité), les établissements de crédit ont toujours crainte d'un défaut de paiement. Les couples sont avantagés par rapport aux personnes qui empruntent seules, car ils présentent moins de risques. Avec deux sources de revenus, ils convainquent plus facilement les banques, il est rare en effet que les deux co-emprunteurs se retrouvent sans emploi en même temps.

Les célibataires partent donc avec un handicap de taille, puisqu'ils doivent cumuler seuls toutes les qualités chères aux yeux du prêteur. C'est autant plus cruel quand on est une femme pour une raison malheureusement durablement ancrée dans la société : l'inégalité salariale.

Plus de femmes emprunteurs

Les lois sur la parité existent depuis plusieurs années, mais l'inégalité entre les salaires des femmes et des hommes est toujours significative. Selon les chiffres d'Eurostat, en 2021, les femmes étaient payées 16,5% de moins que les hommes à fonctions égales. À partir du 3 novembre 2021, les Françaises avaient commencé à travailler gratuitement. Et si l'on observe le marché de l'emploi, les femmes constituent :

  • 70% des travailleurs pauvres
  • 83% des temps partiels
  • 62% des emplois non qualifiés.

Ajoutons la maternité et le tableau s'assombrit : beaucoup de femmes devenues mères sont victimes d'une décrochage de salaire au retour de leur congé maternité, l'entreprise estimant que la salariée est désormais moins investie dans son poste.

D'autres chiffres illustrent le décalage social entre les deux genres. L'Insee estime que les familles monoparentales représentent un quart des ménages français et dans 82% des cas, la mère élève seule son ou ses enfants. Trois quarts de ces femmes ont un emploi, mais à peine 30% sont propriétaires et 37% vivent en HLM. Les mères seules avec enfants sont moins souvent cadres que les hommes dans cette situation (10% contre 18%).

Tous ces obstacles freinent l'accès au crédit immobilier pour les femmes seules. Pourtant les célibataires sont toujours plus nombreux à emprunter, reflet d'une société en mutation. Les courtiers en crédit observent une progression notable des femmes sur le marché immobilier. On peut y voir le signe d’une réglementation sur la parité qui avance, mais aussi des bouleversements sociétaux engendrés par la pandémie (séparation des couples après les confinements répétés). Selon Empruntis, elles représentaient 45% des emprunteurs en solo en début d'année 2021, contre un tout petit tiers en 2017.

Achat immobilier et femme seule

Cette présence plus importante des femmes dans l'accès au crédit ne doit pas faire oublier les nombreuses difficultés auxquelles elles sont confrontées. Les femmes empruntent des montants moins élevés que les hommes pour cause de salaires plus faibles. Dans les dossiers traités par le courtier Empruntis, les femmes affichent des revenus inférieurs de 12% à ceux des hommes. Elles réussissent pourtant à mobiliser un apport personnel plus conséquent de 10% que ces messieurs, signe que la gente féminine est plus économe et meilleure gestionnaire de ses comptes que le sexe opposé.

Les femmes qui empruntent seules financent en priorité leur résidence principale, l'investissement locatif reste marginal. Elles sont plus nombreuses à acheter une maison, mais l'appartement reste le logement privilégié. L'achat de la résidence principale représente une sécurité pour l'avenir, surtout quand il y a des enfants.

Assurance emprunteur et femme seule

L'accès au crédit soulève forcément la problématique de l'assurance. Élément indispensable pour décrocher un financement bancaire, l'assurance de prêt immobilier se révèle inégalitaire malgré une réglementation qui interdit la discrimination par le genre. Malheureusement en assurance, la logique contractuelle et la segmentation des risques sont contraires à ce principe consacré par la Cour de justice européenne en décembre 2012. Avec une espérance de vie supérieure et des profils souvent moins à risques qui se traduit par une moindre activation des garanties décès/invalidité, les femmes devraient payer moins cher leur assurance.

La seule étude qui met en lumière les inégalités hommes/femmes en matière d'assurance de prêt date de 2018 et a été réalisée par le comparateur Magnolia.fr. Malgré des montants empruntés plus faibles que ceux des hommes, les femmes paient des primes d'assurance plus élevées. Effet pervers du principe d'équité qui oblige à mutualiser les risques au détriment de celles qui en incarnent le moins.

Dernières publications