Coronavirus : quel impact sur les taux d'emprunt immobilier ?


coronavirus-emprunt-immobilier

Le crédit immobilier contaminé lui aussi par le Covid-19 ? À en croire les experts de Vous Financer, le nouveau coronavirus aurait une incidence favorable sur les taux d'emprunt, compte tenu de la baisse des valeurs obligataires engendrée par l'inquiétude des investisseurs. 

 

La crainte d'une récession mondiale

Le monde de la finance scrute avec attention et fébrilité la moindre information nouvelle sur l'évolution de l'épidémie due au coronavirus. Quelle sera la durée de cette crise sanitaire qui touche désormais tous les continents ? Quels seront ses effets sur la croissance mondiale ? Si la psychose gagne parmi les populations, les experts des marchés financiers s'inquiètent eux aussi. Le Fonds Monétaire International (FMI), également l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE), qui qualifie le coronavirus de « plus grande menace pour l’économie mondiale » depuis la dernière crise financière, ont révisé à la baisse les prévisions de croissance planétaire de 2,9% à 2,4%. Elles pourraient même être négatives au premier trimestre 2020. Alors que la situation économique se stabilisait avant l’épidémie, le Covid-19 rend incertaines toutes perspectives de croissance La France a elle aussi réduit ses prétentions pour l'année 2020 (0,9% au lieu de 1,2%). Mardi 3 mars, la Banque centrale américaine a baissé d'urgence ses taux d'intérêts, une première depuis la crise de 2008, afin de donner un coup de fouet significatif à l'économie locale. La dépendance des pays au marché chinois montre ici ses dérives, et la mondialisation ses limites, ce qui, souhaitons-le, obligera les décideurs à repenser les circuits de production et d’approvisionnement. Les multiples conséquences économiques du coronavirus sont encore à venir, mais on peut d'ores et déjà observer un virage très net vers les valeurs refuges que sont l'or et les emprunts d'État.

Les marchés doivent intégrer autant les risques liés au Covid-19 que les décisions de soutien prises par les banques centrales. Les rendements de la dette de la zone euro ont atteint lundi 2 mars leur plus bas historique. Les taux d'emprunt de la France et de l'Allemagne creusent davantage leur écart avec les rendements italiens et espagnols, les obligations de ces pays étant considérés comme nettement plus risquées. L'OAT 10 ans, l'emprunt phare de l'État français, est en territoire négatif depuis le 22 janvier 2020. Au dernier pointage, il titrait -0,349%, son plus bas depuis fin septembre. Le Bund allemand s'enfonce encore plus à -0,63%. Cela induit que les investisseurs sont prêts à payer pour prêter, un comportement qui repose sur un pari spéculatif et sur les réglementations prudentielles imposées aux banques et aux assurances. La baisse des taux est aussi la cartouche des banques centrales pour relancer l'économie et inciter les banques à prêter aux entreprises et aux particuliers. Plutôt que placer leurs liquidités à taux négatifs, les établissements financiers préfèrent accorder des emprunts immobiliers aux ménages à des taux très faibles mais toujours positifs et sans crainte d'un défaut de paiement. C'est même là leur seule alternative pour conserver leurs marges dans un environnement qui pourrait encore se dégrader.

Profitez des taux bas pour acheter dans l'immobilier

Les taux d'intérêts des crédits immobiliers sont au plancher depuis de nombreux mois et devraient le rester encore pour longtemps pour les raisons évoquées plus haut. Même si le niveau de l'OAT 10 ans et les taux d'emprunt sont corrélés, il n'y a aucun lien de causalité entre ces deux variables. La politique monétaire de la Banque Centrale Européenne (BCE), ainsi que la rémunération des prêts interbancaires, ont plus d'incidence sur les politiques commerciales des établissements de crédit. Après la Fed (Banque centrale américaine), la BCE pourrait elle aussi baisser ses taux, malgré une marge de manœuvre très limitée, puisque le taux de dépôt est déjà à -0,5%. La présidente de la BCE Christine Lagarde a déclaré lundi dernier que la banque centrale "surveille" la situation et qu'elle est prête "à prendre des mesures appropriées et ciblées". Les marchés n'excluent pas une baisse de 10 points de base dès le mois de mars. D'aucuns ironisent en disant qu'un vaccin serait plus utile pour l'économie qu'une autre baisse des taux.

En attendant, la période est favorable à l'achat immobilier. Le dernier baromètre de l'Observatoire Crédit Logement/CSA situe le taux moyen toutes durées confondues de février à 1,13% (hors assurance), soit le même niveau qu'en janvier. La moitié des emprunteurs ont décroché un taux inférieur à 1% et sur la durée de 15 ans, la proportion grimpe à 75%. Une autre épidémie que celle provoquée par le coronavirus gagne pourtant le marché de l'immobilier. Le nombre de refus de financement bondit suite aux recommandations du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF). Le régulateur exerce une pression sur les banques pour durcir les conditions d'octroi en les incitant fortement à respecter stricto sensu le taux maximum de l'endettement (33%) et à limiter les prêts sur 25 ans et plus. Chez certains courtiers, plus d'un quart des dossiers refusés concernent les investisseurs malgré des profils qui remplissent haut la main les critères de revenus et de reste à vivre.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications