Les litiges en assurance emprunteur en 2021

L'assurance est un domaine complexe et l'assurance emprunteur en particulier en raison notamment d'une réglementation souvent mal appréhendée par le consommateur. Les litiges qui opposent un particulier et son assureur sont légion et chaque année la Médiation de l'assurance intervient en vue de permettre une résolution amiable. Interrogé par le média professionnel L'Agefi, Arnaud Chneiweiss, le Médiateur de l'assurance, explique sur quoi portent les réclamations des assurés en matière d'assurance de prêt.

Nombre de saisines en hausse

En 2021, la Médiation de l'assurance a reçu 20 000 saisines, contre 15 000 en 2019 et 17 350 en 2020. La progression est significative de la relation client mais elle est loin de refléter la réalité. En effet, pour qu'une saisine soit jugée recevable de la part de la Médiation de l'assurance, il faut que les recours en interne aient été épuisés, c'est-à-dire que l'assuré qui conteste une décision de son assureur doit avoir reçu deux réponses négatives de sa part, dont celle du service de réclamations ou qu'il se soit écoulé deux mois de silence de l'assureur devant la demande de l'assuré.

Résultat, environ 30% des dossiers sont considérés comme recevables par la Médiation de l'assurance, la plupart des rejets venant du fait que le service de réclamations de l'assureur n'a pas encore émis d'avis sur le litige. Régulièrement, les associations de consommateurs dénoncent la complexité du parcours pour atteindre la Médiation de l'assurance. Une incompréhension qui s'ajoute à celles des assurés, en prise avec des contrats peu lisibles qui favorisent les méprises.

Sur les 20 000 saisines étudiées en 2021, 60% concernaient des litiges liés à l'IARD (Incendies, Accidents et Risques Divers) et 7% l'assurance vie. L'assurance emprunteur est le sujet principal des litiges en prévoyance. Dans 69% des cas, la position de l'assureur a été confirmée par le Médiateur, pour les 31% de saisines restantes, les assurés ont obtenu gain de cause et la décision du Médiateur a été suivie à 99,5% par les assureurs.

Refus d'indemnisation

En matière d'assurance emprunteur, la Médiation de l'assurance n'intervient pas dans les décisions des prestataires dans le cadre d'une demande de substitution. L'organisme s'estime compétent pour les questions relatives à la résiliation du contrat mais ne porte aucun regard sur les refus de changement d'assurance émis par les établissements bancaires. Pour mémoire, un contrat délégué doit présenter une équivalence de niveau de garantie avec le contrat groupe de la banque pour être accepté par celle-ci.

L'immense majorité des litiges renvoie à la non-prise en charge du sinistre, qu'il s'agisse de l'incapacité temporaire de travail (garantie ITT), de la garantie invalidité ou décès pour le conjoint. Dans 40% des cas, le Médiateur a donné raison à l'assuré, un pourcentage supérieur à la moyenne observée pour l'ensemble des saisines, mais suffisamment faible pour illustrer l'impéritie des emprunteurs sur ces sujets.

Manquement au devoir d'information

Pour bon nombre de saisines en assurance emprunteur, l'assuré reproche au prestataire d'avoir failli à son devoir d'information et de conseil, affirmant ne pas avoir reçu les documents contractuels au moment de la souscription.

Les autres griefs portent sur l'imprécision des clauses. Le Médiateur va s'employer à regarder si les clauses sont clairement rédigées, tout doute éventuel devant profiter à l'assuré. Des clauses d'exclusion imprécises sont généralement invoquées, alors que le Code des assurances impose qu'elles soient "formelles et limitées". 

Notre rédaction a déjà évoqué ce cas de jurisprudence où une clause excluant les troubles psychiques a été entièrement invalidée car certains passages avaient été jugés flous. Également en 2021, la Cour de cassation avait été amenée à se prononcer sur l'expression "autre mal de dos", considérée comme trop vague pour que la clause d'exclusion soit valide. Le Médiateur explique la sévérité de la Haute juridiction en raison du non-respect des assureurs des décisions de justice antérieures sur d'autres sujets.

Le terme "invalidité" est un autre point de discorde entre assurés et assureurs. Les assurés ne comprennent pas pourquoi les assureurs n'utilisent pas les barèmes de la Sécurité Sociale pour définir une situation d'invalidité. Une uniformité qui faciliterait la compréhension d’une décision de l’assureur. Une personne déclarée invalide par le système de santé peut ne pas l'être par la définition de l'assureur. La notion d'accident du travail peut elle aussi être litigieuse, mais rien n'interdit à un assureur d'avoir ses propres définitions en vertu de la liberté contractuelle.

Rendre les contrats plus lisibles

Le Médiateur de l'assurance estime qu'un effort doit être fait sur la lisibilité des contrats et la clarté des garanties, plutôt que de renforcer l'information déjà suffisamment fournie. L'intérêt de l'assuré n'est pas de souscrire un contrat d'assurance emprunteur le plus rapidement possible, mais d'avoir accès à une offre adaptée à sa situation, assortie de l'explication de texte la plus précise.

Plus que jamais la mise en concurrence des contrats emprunteurs est une nécessité pour obtenir une réponse assurantielle circonstanciée. Le rôle des courtiers indépendants comme Magnolia.fr est déterminant, en accompagnant les consommateurs tout au long de leurs démarches, de la recherche d'une formule compétitive à la souscription dans les règles.

Dernières publications