Coronavirus : les prix de l'immobilier vont-ils s'effondrer à Paris et en province ?


coronavirus-prix-immo-effondrement-paris.

Les mesures de confinement mettent à l'arrêt la majorité des secteurs de l'économie, en particulier l'immobilier qui souffre d'un blocage de la demande et d'un gel des financements, auxquels il faut ajouter la suspension des chantiers de construction. Comment le marché va-t-il réagir une fois le pays sorti de la crise sanitaire due au Covid-19 ? Les ventes vont-elles repartir ? Quel sera l'impact sur les prix ? Les professionnels de l'immobilier nous répondent.

En dehors des affaires en cours, dont l'issue sera inévitablement retardée en raison de la mise au télétravail ou au travail partiel des opérateurs, le marché de l'immobilier est en mode "pause" depuis déjà trois semaines. Les banques ne traitent que les dossiers de financement déposés avant l'entrée en vigueur des mesures de confinement, ainsi que les nombreuses demandes d'aménagement des prêts en cours (report ou modulation des mensualités). Les chantiers de construction sont freinés dans leur avancement. Les agences immobilières et les études notariales ne peuvent recevoir du public et sont fermées jusqu'à nouvel ordre. Si les dossiers en cours peuvent être gérés par mail ou par téléphone, la digitalisation des métiers de l'immobilier montre ici ses limites, tout en maintenant une activité minimale. Les professionnels anticipent déjà la sortie de crise. 

L'immobilier, un rêve qui ne s'éteint jamais

À la différence de 2008 et de la crise financière des subprimes, il n'y a pas de défiance vis-à-vis des établissements bancaires. Le marché immobilier n'est pas à l'arrêt pour cause de dysfonctionnement, mais en raison d'une pandémie qui paralyse le monde, confine chez soi la moitié de l'humanité et stoppe l'économie. Quand le monde sortira de cette crise sanitaire, les affaires repartiront, indubitablement, car un projet immobilier est un projet de vie lié à un mariage, une naissance, une séparation, une mutation professionnelle, …autant d’évènements que le virus peut tout juste ajourner. Les projets en suspens vont reprendre leur cours et de nouveaux verront le jour, car la pierre reste une valeur refuge qui assoit toute sa légitimité en une telle période tourmentée. Quand on observe l'effondrement des places boursières depuis que le Covid-19 se répand sur la planète, il est hautement probable que les Français conserveront toute leur confiance dans l'immobilier.

Mais leur rapport à l’habitat pourrait changer. Mis à l'épreuve douloureuse et frustrante du confinement, beaucoup voudront à l'avenir acquérir leur propre logement, en changer pour une plus grande surface ou encore se tourner vers la campagne pour bénéficier d'un jardin. La vigueur du marché immobilier sera bien entendu corrélée à la reprise de l'économie. Il paraît évident que la capacité des secteurs économiques à redémarrer va conditionner la dynamique du marché immobilier. Le soutien colossal de l'État aux entreprises est donc crucial pour faciliter une sortie de crise et remettre sans tarder l'activité générale sur les bons rails. En autorisant massivement le chômage partiel, le gouvernement met l'outil de travail en capacité de reprise rapide avec toutes ses compétences.

Quel impact sur les prix immobiliers ?

En dépit des mesures pour maintenir à flots les entreprises et empêcher le chômage des salariés, le choc économique sera brutal.

Trois paramètres vont entrer en jeu :

  • la durée du confinement
  • la réactivité des banques
  • la réalité économique des emprunteurs.
Les prix des logements risquent de baisser, car la demande, très forte avant la crise, va se contracter compte tenu de la capacité d'emprunt affectée des ménages. Les ajustements seront variables selon les zones, dans des proportions que personne ne peut aujourd'hui prédire. En zones tendues, la pénurie de logements sera toujours endémique ; la baisse des prix, si elle est actée, ne devrait pas s'éterniser. La reprise de l'activité pourrait aussi être marquée par un afflux de vendeurs pressés de conclure pour s'extraire d'un emprunt qu'ils peinent à rembourser. Mais à Paris, marché tendu s'il en est, un décrochement est peu probable ; ceux qui voudront vendre le feront rapidement au prix qu'ils escomptent.

Les agents immobiliers anticipent néanmoins une période d'attentisme. Les particuliers vont éviter de se projeter trop loin, et attendre de voir si leur niveau de ressources va leur permettre de contracter un crédit immobilier. Impossible de se lancer dans un projet immobilier sans contrat de travail ni capacité d'endettement suffisante. L'impact de la crise sanitaire sur le moral des Français ne peut aujourd'hui être évalué, même si les professionnels restent confiants quant à une reprise de l'activité plutôt tonique. Il est en revanche certain que le volume de transactions réalisé l'an passé ne pourra pas être égalé en 2020.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications