Assurance de prêt : comment choisir la bonne quotité ? - Magnolia.fr

Assurance de prêt : comment choisir la bonne quotité ?


quotite-assurance-de-pret-achat-immobilier

Lorsque vous contractez un crédit immobilier en couple, vous devez définir une quotité pour l'assurance de prêt, c'est-à-dire la répartition de cette couverture sur chaque emprunteur. Quelles sont les règles ? Comment choisir la bonne quotité ? 

Répartition de l'assurance emprunteur

La souscription à une assurance de prêt est une condition indispensable à l'obtention d'un crédit immobilier. La législation vous permet de choisir librement le contrat :

  • contrat groupe souscrit auprès de la banque prêteuse
  • ou contrat individuel souscrit auprès d'un assureur externe.

La majorité des crédits immobiliers (3 sur 4) sont contractés à deux. Quand il y a un seul emprunteur, la question de la quotité d'assurance ne se pose pas : une garantie à 100% sur la tête de cette seule personne est imposée. A deux, il faudra déterminer la quotité d'assurance qui fixe la répartition de la couverture entre les deux membres du couple.

Cette quotité est divisible entre les deux co-emprunteurs, et se fait en pourcentage sur chaque tête, généralement selon 4 schémas habituels : 30/70, 40/60, 50/50 ou 100/100.  Elle peut très bien être de 60/60, de 70/45 ou autre dès lors que l'addition des deux quotités est comprise 100% et 200%. La quotité s'applique à la garantie décès-invalidité, mais également aux autres garanties. Selon le sinistre, l'assureur va solder le prêt ou prendre en charge les mensualités du prêt au prorata de la quotité choisie.

Quelle quotité choisir ?

Les organismes de crédit recommandent toujours de souscrire une couverture optimale, à savoir 100% par tête. Cette garantie 200% offre une protection totale. En cas de décès de l'un des contractants, le prêt sera soldé par l'assurance et le co-emprunteur définitivement libéré du prêt. C'est aussi la répartition la plus chère : chaque emprunteur paie la cotisation dans son intégralité, le niveau de prise en charge par l'assurance étant maximal. On comprend tout l'intérêt d'une quotité 100/100 pour l'achat de la résidence principale : à la survenance du risque, le conjoint et les enfants bénéficient de la meilleure protection. 

Pour un projet immobilier autre (résidence secondaire, investissement locatif), la répartition peut être déséquilibrée ou de 50/50. En cas de difficulté de remboursement, il est toujours possible de revendre la résidence secondaire. Pour l'achat locatif, le paiement des loyers compense déjà les mensualités du crédit. Dans ces deux cas, la protection 100% sur chaque tête ne se justifie donc pas. Mais comment définir la quotité idéale ? Voilà une équation impossible, car elle dépend du projet, du profil de chacun, et de la capacité de l'un et l'autre à assumer le risque.

LA bonne question à se poser est :

  • en cas de décès, d'incapacité ou de perte d'emploi de l'un des deux, dans quelle mesure l'autre est capable de faire face aux échéances ?

La profession, le niveau de revenus de chaque emprunteur, mais aussi l'état de santé sont analysés pour évaluer les risques à couvrir, et définir la quotité adaptée, celle qui offrira une sécurité maximale à l'opération. Si votre salaire est supérieur à celui de votre co-emprunteur, il semble logique que vous supportiez la quotité la plus élevée. Essayez également de vous projeter dans l'avenir et d'anticiper une évolution de carrière, de revenus dans 10, 15 ou 20 ans.

Si vous détenez déjà un crédit immobilier, vous avez la possibilité de changer d'assurance à chaque échéance. La substitution annuelle de l'assurance de prêt vous offre l’opportunité de souscrire un nouveau contrat avec des garanties et une quotité adaptées à votre situation actuelle. Sollicitez les experts de Magnolia.fr pour vous aider à trouver l'assurance la plus protectrice au meilleur prix.

JE COMPARE 

Publié par le