Assurance : 8 emprunteurs sur 10 ignorent son prix

assurance-8-emprunteurs-sur-10-ignorent-sont-prix

Dans le cadre d'un crédit immobilier, la banque va exiger la souscription à une assurance emprunteur, une couverture qui se négocie et qui peut être choisie librement. À la clef, des garanties adaptées et d'importantes économies. Malheureusement, encore trop peu de consommateurs mesurent l'enjeu de faire jouer la concurrence. L'assurance emprunteur, un produit indispensable qui gagne à être connu !

 

Assurance prêt immobilier : dernière roue du carrosse

Dans une enquête réalisée en avril dernier, l'association UFC-Que Choisir a interrogé un panel de Français détenteurs d'un crédit immobilier sur leur rapport avec l'assurance emprunteur. Tout l'intérêt de cette étude repose le niveau de connaissance qu'ont les emprunteurs en matière d'assurance de prêt immobilier. 

Produit incontournable pour obtenir le financement d’un projet immobilier, l'assurance garantit à la banque le remboursement des sommes prêtées et protège l'emprunteur, ainsi que ses ayants droit, en cas de survenance d'événements qui l'empêcheraient d'assumer les mensualités de son crédit (décès, invalidité, incapacité, voire perte d'emploi). En quelques mots, voici exprimée toute l'importance de l'assurance souscrite en garantie d'un prêt immobilier.

Le profil type de l'emprunteur interrogé par UFC-Que Choisir a 32 ans, s'endette sur 19 ans à hauteur de 164 000€ et a bénéficié des services d'un courtier pour rechercher le financement de son projet dans un quart des situations. Dans un crédit immobilier, tout se négocie, mais force est de constater que les emprunteurs mettent toute leur énergie à négocier le taux d'intérêts avant les autres aspects

70% des personnes interrogées bataillent pour décrocher le taux d'emprunt le plus bas, et 48% la durée du crédit. Les frais d'entrée et de sortie, ainsi que les garanties de l'assurance, n'interviennent dans la négociation que pour 41% des emprunteurs.

Une grande majorité oublie que le coût d'un crédit immobilier ne se limite pas aux seuls intérêts. Le TAEG (Taux Annuel Effectif Global), indicateur qui permet de comparer le coût total des offres de prêt, intègre tous les frais liés à l'obtention du prêt, ceux qui relèvent de l'évidence comme les intérêts, mais aussi tous les frais périphériques que la banque facture pour octroyer le financement :

  • frais de dossier,
  • frais d'expertise du bien,
  • garantie (hypothèque, caution, PPD)
  • frais de courtage,
  • frais d'ouverture et de tenue de compte,
  • cotisations d'assurance,
  • rémunération éventuelle d'un intermédiaire (courtier).

En renonçant à négocier les éléments qui peuvent l'être, les emprunteurs se privent d'économies plus que substantielles. En raison de son poids dans le coût global d'un crédit immobilier, l'assurance devrait faire l'objet de la plus grande attention.

La négociation est souvent sujette à des contreparties. La banque en profite pour placer d’autres produits, comme l’assurance habitation (32%), une protection juridique (16%) ou une assurance vie (12%). Pour éviter de mettre son projet en péril, l’emprunteur succombe aux diktats de la banque.

Assurance prêt immobilier : essentielle mais inconnue

L'assurance constitue le deuxième poste de dépense après les intérêts d'emprunt, une notion que beaucoup d'emprunteurs ignorent, leur faisant perdre l'opportunité de réduire le coût global de leur crédit. 

En moyenne, l'assurance représente 20% à 40% du coût du prêt, voire plus en cas de risques aggravés. Or, 8 personnes sur 10 interrogées déclarent ne pas connaître le coût de leur assurance emprunteur, une proportion élevée qui ne surprend guère étant donné que 60% des emprunteurs tiennent leur connaissance de l'assurance de prêt via leur banquier.

Quel intérêt aurait le prêteur à focaliser l'attention de son client sur un produit qu'il facture deux à quatre fois plus cher que la concurrence ? Rappelons qu'en période de taux bas, l'assurance constitue l’unique source significative de gains pour la banque. Les marges sur un contrat groupe bancaire oscillent entre 50% et 80% ! Les emprunteurs ont pourtant à leur disposition des comparateurs en ligne qui leur permettent de mettre les offres d'assurance en concurrence et de souscrire une formule individuelle en délégation largement moins onéreuse que la proposition bancaire.

Résultat, 62% des personnes interrogées n'ont aucune idée des économies potentielles. Pourtant, ceux qui ont souscrit une assurance auprès d'un prestataire externe à la banque ont réalisé en moyenne un gain de 4 400€. Chez votre comparateur indépendant Magnolia.fr, les économies générées par une assurance déléguée peuvent atteindre 15 000€ sur la durée totale d’un crédit immobilier.

Qu'est-ce que la délégation d'assurance emprunteur ?

Introduite par la loi Lagarde en septembre 2010, la délégation d'assurance permet de choisir librement le contrat. La réglementation s'est étoffée au fil des années et a renforcé la protection du consommateur en lui donnant la possibilité de changer d'assurance en cours de prêt (loi Hamon et amendement Bourquin). 

Malheureusement, 35% des répondants ignorent qu'ils peuvent changer d'assurance sans changer de banque et 77% ne savent pas à quel moment ils peuvent présenter une délégation d'assurance. Lacunes des emprunteurs et mauvaise foi des banques : le duo perdant pour les premiers et une position dominante confortée pour les secondes.

L'objectif de l'arsenal législatif était de briser le monopole des bancassureurs en matière d'assurance de prêt immobilier et de faciliter le libre choix du contrat pour le consommateur. La délégation d'assurance vise à préserver le pouvoir d'achat des ménages emprunteurs, également à proposer des garanties individuelles sur-mesure là où les contrats groupe mutualisent les risques à une communauté d'emprunteurs.

Par leur méconnaissance de l'assurance et la pression des banques, 82% des emprunteurs sont couverts par l'assurance du prêteur, une proportion qui n'a pas évolué en plus d'une décennie.

L'introduction de la résiliation infra-annuelle serait la solution pour faire bouger les lignes. Le législateur s'y refuse pour le moment, mais le sujet n'a pas été jeté aux oubliettes. Les autorités de tutelle viennent de relancer le débat sur la résiliation à tout moment de l'assurance emprunteur. Verdict dans quelques semaines.

Dernières publications