Mutuelles : de fortes hausses tarifaires en vue


hausse prix mutuelle santé

La question revient chaque fin d'année : quelle sera la hausse des tarifs des organismes de santé complémentaire ? On peut en ajouter une autre : qui va augmenter ses primes ? Alors que les comptes de l'Ocam (Organismes complémentaires de l’Assurance maladie) sont dans le rouge en partie à cause de la réforme du 100% Santé, il y a fort à parier que les assurés paieront plus cher leur mutuelle en 2022.

Ça va flamber en 2022 !

En 2021, les tarifs des assurances santé complémentaires avaient progressé en moyenne de 3% selon les chiffres de la Mutualité Française. Pour 2022, le curseur devrait monter de plusieurs crans d'après L'Argus de l'Assurance qui a recueilli les pronostics de divers acteurs du marché. Pour la Fédération nationale indépendantes de mutuelles (Fnim), la hausse va "être brutale et inédite" en 2022, avec des progressions oscillant entre 7% et 10%. Le cabinet de conseil Addactis avance un taux pivot en santé entre 4% et 6%, avec une hausse indexée des tarifs pouvant aller jusqu'à 8%. Axa, un des leaders du marché de l'assurance santé, prévoit quant à lui un taux pivot d'augmentation de 4% pour les contrats collectifs.

Quelles sont les raisons de cette flambée annoncée des tarifs des mutuelles ? D'après une étude conjointe de la Fédération Nationale de la Mutualité Française (FNMF), du Centre Technique des institutions de prévoyance (CTip) et de l'Association Française de l'Assurance (FFA), les organismes complémentaires enregistrent un déficit négatif sur les six premiers mois de l'année 2021, soit 900 millions d'euros, imputable à l'augmentation des prestations versées aux assurés. Pas besoin d'être devin pour affirmer que cette perte technique aura des conséquences sur les tarifs futurs.

Pour mémoire, l'UFC-Que Choisir avait pointé du doigt la dérive tarifaire des contrats individuels ces deux trois dernières années. Selon les données d'une étude portant sur près de 500 contrats individuels transmis par des consommateurs, la hausse moyenne était de 4% en 2019 et de 5% en 2020, avec des évolutions allant de 0% à 12%. Des chiffres que les complémentaires se sont empressées de contester, défendant alors une hausse contenue de "seulement" 2,9% en 2020, alors que les dépenses de remboursement et celles liées à la réforme du 100% Santé auraient dû générer une augmentation de 5%. Une bataille de chiffres qui mène au même constat : les assurés en sont chaque année de leur poche. 

La faute à la réforme

Les raisons invoquées en 2020 sont de nouveau mises sur le tapis. Entrée progressivement en application dès janvier 2019, la réforme du 100% Santé affecte bel et bien les comptes des organismes complémentaires. Rappelons que ce dispositif permet à tout assuré couvert par un contrat responsable d'être remboursé intégralement de ses lunettes, prothèses dentaires et aides auditives sélectionnées dans le panier 100% Santé. 

Intégralement opérationnelle depuis janvier 2021, la mesure permet de combattre les inégalités d'accès à des soins de qualité et d'éviter le renoncement pour motifs financiers. Libre à chacun de choisir des équipements hors de ce panier et de préférer des produits à tarifs libres qui sont remboursés diversement en fonction du niveau de garanties de leur mutuelle. La réforme 100% Santé est une avancée majeure de notre système de santé en supprimant les restes à charge sur des prestations onéreuses, peu ou pas remboursées par l’Assurance Maladie.

Les assurés semblent d’ailleurs en profiter pour s'équiper, comme en témoigne l'augmentation de 45% des soins dentaires au cours du premier semestre d'après l'étude citée plus haut. Idem pour les appareils auditifs dont la consommation aurait bondi de près de 70% entre le premier semestre 2019 et celui de 2021. La réforme ne serait pas à l'équilibre financièrement, selon Harmonie Mutuelle. Mais il faut chercher d'autres raisons pour expliquer l'inflation des tarifs des complémentaires pour l'année prochaine.

La crise est passée par là et continue de modifier le comportement des assurés. Non seulement les organismes sont frappés de la taxe Covid, taxe visant à compenser les profits réalisés au cours de l’année 2020 du fait d'un fort renoncement aux soins, mais les assurés se sont rattrapés depuis. Les acteurs observent un rattrapage des soins post-Covid, ainsi qu'un recours accru aux soins d’ostéopathie et de kinésithérapie

Les confinements répétés et les contraintes liées au télétravail ont pesé sur la qualité de vie des Français, et par conséquent sur leur santé. Le gouvernement l’a bien compris en remboursant les séances chez le psychologue dès 3 ans. Autant de facteurs qui augmentent les besoins de financement des dépenses de santé et qui vont jouer sur les majorations tarifaires.

Si les marges de manœuvre pour contenir les hausses semblent réduites, les organismes n'oublient pas pour autant que les assurés sont devenus nettement plus volatiles depuis l'entrée en vigueur en décembre 2020 du droit de résiliation infra-annuelle des contrats de santé.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications