Crédit immobilier : les 4 solutions pour réduire vos mensualités


reduire-mensualites-credit-immo.jpeg

La vie d'un crédit n'est pas toujours un long fleuve tranquille. La crise sanitaire due au Covid-19 a fragilisé les personnes qui détiennent un ou plusieurs emprunts, en particulier celles qui remboursent un prêt immobilier. Pour faire face aux difficultés de paiement, il existe des solutions bancaires qui permettent de diminuer la charge mensuelle et de retrouver un équilibre budgétaire.

Demandez la modularité des mensualités

Vérifiez dans les conditions de l'offre de prêt si votre prêt bénéficie de la modularité des mensualités. Présent dans la quasi totalité des contrats de crédit à l'habitat, ce dispositif permet de réduire ou d'augmenter les échéances mensuelles de 10% ou 30% en fonction de l'évolution de vos revenus. Il peut être activé une fois par an après un délai de carence de 12 à 24 mois suivant le déblocage des fonds par la banque. L'établissement va par ailleurs exiger un délai minimum entre deux modulations (exemple 12 mois). La baisse des mensualités va entraîner un surcoût du crédit en raison de l'allongement de la durée de remboursement. Généralement, au-delà d'un allongement de 2 ans, les banques n'accordent plus cette souplesse.

Il faut que la clause de modularité soit prévue au contrat pour pouvoir en profiter, la demande ne peut aboutir en cours de prêt. Il en est de même pour le report des mensualités, une facilité qui doit être souscrite dès le départ pour pouvoir stopper les remboursements durant plusieurs mois de suite.

Renégociez votre prêt immobilier avec votre banque

Les taux bas sont toujours d'actualité. Selon le dernier baromètre mensuel de l'Observatoire Crédit Logement, le taux moyen toutes durées confondues, pratiqué au cours du mois de mai 2020, s'est établi à 1,25% (hors assurance et coûts des sûretés), soit le niveau observé il y a un an. Si vous avez souscrit votre prêt immobilier avant 2016, vous êtes en droit de profiter vous aussi des taux performants du marché.

Interrogez votre conseiller bancaire pour savoir quel taux d'intérêts il peut vous proposer. En parallèle des taux du moment, vous pouvez étudier avec la banque la possibilité d'allonger la durée de remboursement pour abaisser encore plus votre taux d'endettement. La nouvelle mensualité sera adaptée à votre réelle capacité de remboursement. La banque va facturer des frais de renégociation qui s'apparent aux frais de dossier du crédit initial, généralement à 1% du capital restant dû avec un montant minimum dans certaines agences.

Le niveau bas des taux est cependant à double tranchant : le crédit immobilier étant faiblement rémunérateur pour les banques, elles sont donc peu disposées à accorder des renégociations et quand elles le sont, l'opération est rarement compétitive. Mieux vaut alors frapper à la porte d'un établissement concurrent qui rachètera votre crédit et vous fera une nouvelle offre en adéquation avec les barèmes du moment. 

Dans ce cadre là, il faut toujours penser à également renégocier son assurance de prêt. Si la banque semble réticente à cette délégation d'assurance, n'hésitez pas à prendre leur contrat groupe et le substituer le mois suivant au profit d'une assurance moins chère. 

Faites racheter votre prêt immobilier par un établissement concurrent

Lors d'un rachat de prêt immobilier par un autre organisme, vous devez assumer des frais plus conséquents que ceux facturés dans le cadre d'une renégociation, mais l'économie réalisée grâce au nouveau taux doit pouvoir au moins les compenser. Une banque concurrente n'hésitera à afficher un taux performant pour vous inciter à signer chez elle. L'écart minimum entre le taux initial et le taux négocié doit être de 100 points (1%), voire 70 points (0,70%) si le capital restant dû est important.

Les frais liés au rachat de votre crédit immobilier sont les suivants :

  • les frais de dossier : environ 1% du capital emprunté ;
  • les indemnités de remboursements anticipé dues à la banque où est soldé le prêt : la loi prévoit un double plafonnement, 3% du capital restant dû dans la limite de 6 mois d'intérêts des sommes remboursées au taux moyen du prêt ;
  • les frais de garantie : frais de mainlevée si première hypothèque ; hypothèque, inscription de privilège de prêteur de deniers ou caution. S'il y a eu caution pour le crédit initial, vous récupérez les 75% du fonds mutuel qui vont servir à payer la nouvelle garantie.
  • l'assurance emprunteur : le crédit initial étant soldé, vous devez souscrire une nouvelle assurance pour couvrir le nouveau prêt. Par défaut, les banques proposent leur contrat interne. Préférez-lui une offre déléguée souscrite auprès d'un assureur externe. À garanties équivalentes, condition pour que la banque accepte la souscription à une offre alternative, vous divisez par deux voire par trois le coût de votre assurance.
Utilisez un comparateur indépendant comme Magnolia.fr pour trouver l'assurance adaptée à votre nouveau crédit immobilier lors d'une opération de rachat de prêt immobilier. Sur la durée restante de remboursement, le gain se chiffre en centaines voire milliers d'euros.

Regroupez vos différents crédits

Les crédits à la consommation ne se renégocient pas mais vous avez la possibilité de les faire racheter par un organisme spécialisé. Ils peuvent être intégrés dans une opération de rachat qui comprend un crédit immobilier. En rassemblant tous vos emprunts, quelle que soit leur nature (crédit à la consommation, prêt immobilier, crédit auto, prêt travaux, découverts bancaires, fractures diverses, retard d'impôts), vous allégez votre dette mensuelle tout en facilitant la gestion de votre budget grâce à une ligne de crédit unique. Dès lors que l'encours de crédit immobilier atteint 60% des sommes rassemblées, votre rachat de crédits est considéré comme un prêt immobilier et bénéficie de fait des taux octroyés pour ce type d'emprunt et de la réglementation liée.

La nouvelle mensualité est calculée en fonction de votre capacité de remboursement et peut être réduite de 60% par rapport à la somme des mensualités des différents emprunts. Cette diminution se fait en contrepartie d'un allongement de la durée de remboursement, ce qui va renchérir le coût global, mais là encore, la délégation d'assurance vous permet d'en limiter l'impact.

Le choix de telle ou telle formule doit être arbitrée en fonction de vos difficultés du moment et de celles que vous craignez à l'avenir. Une règle prévaut : plus la durée de remboursement s'allonge, plus le coût de votre crédit immobilier sera élevé.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications