Immobilier : améliorer le cadre de vie, priorité des acheteurs

Immobilier : améliorer le cadre de vie, priorité des acheteurs

On mesure aujourd'hui à quel point l'année 2020 a modifié la relation des Français avec leur logement. Une crise sanitaire qui s'éternise, des restrictions de déplacements qui jouent sur le moral de la population et une organisation quotidienne bouleversée qui met en lumière les défauts des habitations, autant de raisons qui poussent les Français à vouloir améliorer leur cadre de vie, comme en témoigne l'enquête menée par PAP.

Premier souhait : changer de cadre de vie

À la question "Quelles sont les raisons qui vous conduisent à acheter un logement", 52,5% des personnes interrogées par PAP*, portail d'annonces immobilières de particuliers à particuliers, ont répondu : améliorer le cadre de vie, soit la première motivation des candidats à l'achat de la résidence principale. En 2016, ils étaient 37,4% à citer cette réponse.

La crise sanitaire et les contraintes imposées en 2020, malheureusement toujours d'actualité, sont passées par là. Il y aura un avant et un après Covid, si tant est que le virus disparaisse un jour. Confinements répétés, obligation de télétravail, école à la maison, de nombreux Français vivent mal les restrictions. La recherche d'un cadre de vie plus agréable est le premier critère au changement, avant la taille du logement inadaptée (28,9%) et le départ à la retraite (24,9%). Les motifs familiaux (installations en couple, séparation, arrivée d'un enfant) et les motifs professionnels (se rapprocher de son lieu de travail ou le changement de travail) restent loin derrière la qualité du cadre de vie, évoqués respectivement à 18,3% et 10,8%.

Dans le détail, les actifs sont plus sensibles à ce critère, ainsi que les familles et les personnes vivant à Paris intra-muros ou dans les Hauts-de-Seine (près de 60%). Ce sont pourtant les habitants de Seine-Saint-Denis qui y accordent la plus grande importance (66,1%).

Les seniors : pouvoir d'achat et mobilité

Derrière cette tendance, l'enquête de PAP dresse 3 catégories de candidats à l'achat de la résidence principale : les retraités ou pré-retraités, les télétravailleurs et les personnes pour qui le télétravail n'est pas une option.

Chez les premiers, le passage à la retraite est une raison largement suffisante pour changer de logement (62,1%), avant l'amélioration du cadre de vie (près de 32%). La problématique de la taille du logement est elle aussi secondaire (19%). Mais comme les deux autres profils, la recherche d'une maison prime (62%), à la différence que la distance ne les effraie pas : 48,8% des seniors n'hésitent pas à s'éloigner de plus de 100km de leur résidence actuelle pour trouver la maison de leur rêve, contre 10,3% pour les actifs en télétravail. L'acquisition d'un nouveau logement leur est par ailleurs facilitée : 82% des seniors n'ont pas besoin de contracter un crédit immobilier, car ils peuvent capitaliser sur la revente d'un premier logement ; quant à ceux qui doivent emprunter, 53% disposent d'un apport personnel équivalent à plus de 50% du prix d'acquisition.

L'impact du télétravail sur l'achat immobilier

Le phénomène marquant de cette crise sanitaire est l'essor du télétravail. Cette forme d'organisation oblige les personnes concernées à jeter un regard neuf sur leur espace de vie. Parmi les sondés, près de 40% déclarent télétravailler désormais de manière durable, au rythme minimum d'un jour par semaine. 18% travaillent à distance depuis chez eux cinq jours par semaine.

Pour ces télétravailleurs, l'amélioration du cadre de vie est un critère prioritaire dans l'achat immobilier (66,7%), avant la superficie du logement (38,5%). Plus de la moitié indique que le télétravail a un impact sur leur projet immobilier et pour 44,1% d'entre eux, le nouveau logement doit comporter un espace dédié au télétravail. 20% affirment que le télétravail va leur permettre de s'éloigner de leur entreprise. Plus urbains et plus jeunes, ils optent moins largement pour la maison que l'ensemble des répondants (53,7% contre 61,2%).

Quant aux personnes qui ne peuvent travailler à distance, leurs motivations à changer de logement restent celles du monde d'avant la crise sanitaire : amélioration du cadre de vie (61,7%), majoritairement en faveur de la maison (68,8%), taille du logement adaptée (31,3%) et recherche dans un périmètre de 20 km autour de leur résidence actuelle.

*Enquête nationale réalisée du 15 au 22 mars 2021, via un questionnaire en ligne auprès de 18.033 personnes en recherche active sur PAP.fr, pour l'acquisition de la résidence principale, en France métropolitaine

Dernières publications