Les emprunteurs ont profité du confinement pour faire des économies sur leur crédit immo


confinement-economies-credit-immobilier

La lourde période de confinement aura permis à un grand nombre d'emprunteurs de se pencher sur un poste de dépense qu'ils avaient jusqu'à présent négligé : l'assurance de leur prêt immobilier. Enfermés chez eux, ils ont résilié à distance leur contrat en cours pour le substituer par une offre moins chère à couverture équivalente. Le courtier Magnolia.fr témoigne de ce regain d'intérêt des emprunteurs pour le changement d'assurance. Profitez vous aussi des nouvelles mesures dérogatoires pour changer de contrat d’assurance de prêt et être couvert au juste prix.

Hausse de 35% des demandes de changement d'assurance

Entre le 15 mars, début du confinement, et la fin du mois d'avril, Magnolia.fr a constaté une très forte augmentation des demandes émanant d'emprunteurs souhaitant changer de contrat d'assurance : + 35% par rapport à la période de mi-janvier à mi-février. Soucieux plus que jamais de faire des économies, alors que la perte de pouvoir d'achat menace, les Français ont mis à profit leur isolement forcé à leur domicile pour passer en revue leurs dépenses. Et parmi les frais contraints, il en est qui pèsent lourdement sur le budget des ménages emprunteurs : les primes d’assurance de prêt représentent en moyenne un tiers du coût global d'un crédit à l'habitat. Pour certains profils à risques accrus, les cotisations d'assurance peuvent coûter autant voire plus que les intérêts d'emprunt.

Bien souvent relégué au second plan, l'assurance de prêt prend désormais la lumière à la faveur de ce contexte particulier. Les emprunteurs ont eu le temps de se pencher sur cette dépense, ils sont aussi mieux sensibilisés à la délégation d'assurance grâce à une large communication médiatique de la réglementation sur ce produit. Depuis septembre 2010, le libre choix de l'assurance est inscrite dans le marbre, mais c'est avant tout l'action du sénateur Bourquin pour l'instauration du changement annuel de l'assurance qui permet, depuis janvier 2018, de favoriser l'émergence des contrats alternatifs, plus compétitifs que les contrats bancaires à garanties équivalentes.

Démarches de résiliation et de souscription facilitées

Pour faciliter le changement d'assurance en période de confinement, les assureurs, les courtiers, comme les banques, ont dû ajuster leur procédure. Tout peut se faire à distance. La démarche de résiliation/substitution, que les ménages emprunteurs ont toujours trouvé complexe et laborieuse en dépit d'une économie potentielle loin d'être anecdotique (jusqu'à 10 000€), a été simplifiée à tous les niveaux d'intervention. Les offres se sont adaptées pour répondre aux impératifs du confinement. Déjà en place avant la crise sanitaire chez Magnolia et chez d'autres courtiers et assureurs, la souscription à distance de l'assurance de prêt a poursuivi sa percée. Les formalités médicales ont été allégées pour la majorité de profils, notamment par le biais de la téléconsultation, par l'envoi en ligne du questionnaire de santé et d'attestations sur l'honneur. Les examens médicaux peuvent être évités pour les emprunteurs de plus de 45 ans et pour les demandes de prêt de plus de 700 000€. Ces adaptations ont favorisé l'essor des demandes de changement d'assurance en mars et en avril

Les banques ont elles aussi jouer le jeu, elles qu'on accuse, à raison, de vouloir bloquer l'exercice du droit au libre choix de l'assurance emprunteur. Elles ont adapté leur mode de fonctionnement et accepté les nouveaux contrats d'assurance par mail et non plus par voie postale comme elles l'imposent habituellement.

Prolongation des délais de résiliation

La mise en place par le législateur d'une période juridiquement protégée a par ailleurs contribué à relâcher les conditions de résiliation. En vertu de l'ordonnance 2020-306 du 25 mars dernier, rectifiée le 30 mars, les emprunteurs dont le contrat arrive à échéance entre le 12 mars et le 24 mai, bénéficient d'un report de trois mois du délai de résiliation suivant la date de fin de l'état d'urgence sanitaire. L'ordonnance du 14 mai qui prolonge le processus dérogatoire compte tenu de l'allongement l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 10 juillet (loi n° 2020-546 du 11 mai 2020) porte la nouvelle date limite pour rompre son engagement au 24 août, et non automatiquement jusqu'au 10 octobre, puisque la cessation du confinement le 11 mai dernier permet maintenant de procéder aux démarches de résiliation.

Relisez les conditions générales de votre assurance de prêt. En déléguant le contrat à un assureur concurrent de votre banque, vous pouvez bénéficier de garanties sur-mesure à prix compétitifs.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications