Assurance de prêt : contrat groupe ou individuel ?


assurance-groupe-ou-individuel

Vous envisagez d'acheter un bien immobilier à crédit. Ce prêt devra être couvert par une assurance, dont la mission est de vous protéger en cas d'aléas de la vie vous empêchant d'assumer les mensualités. Vous avez deux options : souscrire l'assurance proposée par la banque prêteuse ou une formule alternative auprès d'un assureur concurrent. Ces deux types de contrat présentent des différences qu'il convient d'intégrer pour faire le bon choix.

L'assurance groupe

Le marché de l'assurance de prêt est partagé entre les bancassureurs et les assureurs externes concurrents des premiers. D'un côté, les contrats bancaires, dits contrats groupe, de l'autre, les contrats individuels souscrits en délégation. Ces contrats sont les mêmes en termes de garanties, ils ont pour vocation d'intervenir en cas de survenance d'un évènement qui empêcherait l'emprunteur de respecter son engagement vis-à-vis de la banque. En cas de décès, d'incapacité et d'invalidité pour cause de maladie ou d'accident, voire même de perte d'emploi, les garanties d'assurance s'appliquent et prennent en charge les mensualités à la hauteur des quotités souscrites.

D'entrée de jeu, au moment de votre demande de financement, la banque va proposer son contrat interne. Elle n'a plus le droit de lier l'octroi du crédit à la souscription de l'assurance, les deux produits sont bien distincts, même si l'assurance reste à un préalable à l'obtention du prêt. Pas de formule packagée qui comprendrait le crédit et l'assurance, la déliaison entre les deux est actée dans la loi depuis plus d'une décennie.

Il peut paraître confortable d'adhérer au contrat groupe de la banque : vous évitez la longue et complexe recherche d'une formule alternative, ainsi que les démarches administratives en allant voir ailleurs. Une stratégie de facilité qui n'est pas toujours, voire rarement, gagnante.

L'assurance groupe est un contrat collectif qui mutualise les risques entre les emprunteurs, peu importe leurs caractéristiques propres. D'un profil à l'autre, la couverture est peu ou prou la même. Un jeune actif en bonne santé paiera autant pour son assurance qu'un profil plus fragile qui présente davantage de risques pour le prêteur. Même si les bancassureurs ont introduit une relative segmentation dans leurs offres, l'individualisation de la couverture n'est pas permise.

Autre particularité du contrat groupe : le taux d'assurance est calculé sur le capital emprunté, la prime reste donc constante du début au terme du crédit. Les études du Comité Consultatif du Secteur Financier ont montré que cette méthode de tarification n'est pas la plus avantageuse pour l'emprunteur.

L'assurance individuelle

Face aux offres mutualisées des banques, les contrats délégués souscrits auprès de compagnies d'assurance concurrentes, sans lien avec la banque prêteuse. L'intérêt premier de ces contrats est de s'adapter au profil de chaque emprunteur, en prenant en compte toutes leurs particularités (âge, état de santé, profession, fumeur ou non fumeur, nombre de kilomètres de conduite, pratique d'activités de loisirs dangereuses, etc.).

Le calcul de la prime se fait le plus souvent sur le capital restant dû : les mensualités de l'assurance diminuent à mesure que le capital emprunté est remboursé. Dans les derniers mois du crédit, la prime est quasiment nulle. Sur la durée initiale de l'emprunt, le coût d'une assurance déléguée, conçue sur-mesure, est en moyenne, entre deux et quatre fois moins élevé que celui d'un contrat bancaire. Là où un jeune actif sans antécédent de santé peut obtenir un taux d'assurance à 0,09% du capital restant dû, la banque ne fait guère mieux que 0,36% du capital initial.

Généralement, les primes d'une assurance individuelle sont plus élevées en début de prêt que celles d'une assurance groupe, puisque l'âge est pris en compte. Puis elles diminuent progressivement une fois la moitié du capital remboursé.

Cependant, souscrire une assurance déléguée demande temps et énergie pour décrocher la bonne formule et faire face, malheureusement dans bon nombre de situations, aux manœuvres de la banque pour imposer en force son propre contrat. La solution est simple : solliciter les services d’un courtier en assurance de prêt comme Magnolia.fr.

Comparer pour économiser

La réglementation est de votre côté : vous pouvez choisir librement le contrat d'assurance et refuser la formule bancaire pour lui préférer une offre alternative à garanties au moins équivalentes. Une décision nettement plus facile à mettre en œuvre si vous faites appel à un professionnel.

Avec Magnolia.fr, vous comparez des dizaines de contrats parmi les meilleurs du moment. Notre outil sélectionne les formules qui correspondent à votre profil et nos experts vous aident à choisir le contrat le plus compétitif adapté à votre situation, dans le respect de l'équivalence de niveau de garantie. À la clef, des milliers d'euros d'économie.

En moyenne, l'assurance pèse 40% du coût global d'un crédit immobilier, bien plus si vous présentez des risques aggravés pour raisons de santé ou professionnelles. En comparant les offres et en déléguant le contrat, vous pouvez obtenir un gain de 15 000€ sur la durée totale de votre crédit immobilier.

La banque ne peut s'opposer à votre choix d'une assurance en délégation, et doit formuler sa décision dans les 10 jours ouvrés, tout en motivant un éventuel refus. La réalité sur le terrain est plus complexe, en témoigne le niveau des parts de marché totalisées par les bancassureurs (plus de 85%).

Si, pressé par le temps, vous craignez de passer à côté du bien immobilier convoité, la facilité consiste à céder à la banque et à souscrire son assurance. Ce n'est pas une fatalité, puisque là encore la réglementation vous accompagne. Grâce à la loi Hamon, vous pouvez résilier le contrat d'assurance bancaire dans les 12 mois qui suivent la signature de l'offre de prêt. Au-delà, sur toute la durée restante, vous avez l'opportunité de substituer l'assurance en cours à chaque échéance (amendement Bourquin).

L'important est d'être réactif. Plus tôt vous changez d'assurance, plus conséquent sera le gain. Si vous n'avez pu faire valoir votre droit à la délégation d'assurance au moment de la signature du prêt, il est conseillé de procéder à la résiliation/substitution avant la fin de la moitié de la durée de remboursement pour optimiser les économies potentielles.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications