Assurance emprunteur : dois-je obligatoirement passer une visite médicale ?


assurance-emprunteur-visite-medicale.jpeg

Lors d'une demande de prêt immobilier, la banque va exiger la souscription à une assurance pour palier aux éventuelles défaillances de l'emprunteur en cas d'accident de la vie. L'état de santé du demandeur est une donnée essentielle pour déterminer les risques qu'il incarne. Le questionnaire de santé est plus ou moins détaillé en fonction du profil de l'assuré et peut dans certains cas être complété par une visite médicale et des examens approfondis.

Évaluer les risques potentiels

Pour accorder un prêt à l'habitat, la banque exige que le futur emprunteur soit bien évidemment solvable, mais également couvert par une assurance sur toute la durée de remboursement. Le contrat intervient si l'emprunteur se trouve dans l'impossibilité de faire face à ses échéances de prêt en cas d'aléas de la vie (décès, invalidité et incapacité). Il protège l'assuré et ses ayants-droit, tout en garantissant à la banque le paiement de la dette. La souscription à une assurance de prêt n'est pas obligatoire d'un point de vue légal, mais aucune établissement financier n'acceptera de prêter sans cette couverture.

Comme pour toute assurance, la prime est calculée sur la base des risques que représente l'assuré. Pour évaluer ses risques, l'assureur, qui peut être la banque elle-même, une des ses filiales, ou un prestataire externe, demande à l'emprunteur de remplir un questionnaire de santé. Au-delà des caractéristiques du crédit (montant, durée, type d'acquisition), l'état de santé et l'âge de l'assuré sont les deux paramètres qui vont influer sur la décision de l'assureur de couvrir ou non le financement, sur la détermination du niveau de protection et sur le calcul de la cotisation.

Le questionnaire de santé : préalable à la souscription d'une assurance emprunteur

La souscription à une assurance de prêt immobilier passe nécessairement par un questionnaire de santé qui va renseigner l'assureur sur tout votre historique de santé. Chaque assureur établit son propre questionnaire, il n'existe pas de questionnaire-type, mais tout document porte sur les informations suivantes :

  • votre âge, votre poids et votre taille (IMC ou Indice de Masse Corporelle) ;
  • vos antécédents médicaux sur les dix dernières années (arrêts de travail, traitements, séjours hospitaliers, bilans médicaux, interventions chirurgicales, etc.) ;
  • les pathologies dont vous souffrez et les traitements actuels ;
  • votre statut ou non de travailleur handicapé ;
  • votre statut de fumeur ou non-fumeur ;
  • la pratique sportive (recherche de sport dangereux).

Le traitement contraceptif et le traitement de la grippe saisonnière ne sont pas à déclarer, ni certaines opérations courantes (appendicite, végétations, amygdales, dents de sagesse, césarienne, IVG, etc.). Si vous êtes guéri depuis au moins dix ans d'un cancer, vous bénéficiez du droit à l'oubli, c'est-à-dire que vous n'avez pas à déclarer votre ancienne pathologie, conformément aux dispositions de la convention Aeras (s'Assurer et emprunter avec un risque de santé aggravé).

Le questionnaire est simplifié pour les jeunes emprunteurs, voire jusqu'à 55 ans si la somme empruntée n'excède pas 300 000 €. Au-delà, un questionnaire complet par pathologie est demandé. Si vous avez été opéré, joignez tous les documents (compte-rendus d'hospitalisation et de consultations, IRM, radio, scanner, analyses, etc.) pour que votre dossier soit traité dans les meilleurs délais ; ils vous seront de toute façon réclamés. 

N'hésitez pas à solliciter l'aide de votre médecin traitant pour remplir le questionnaire, puisqu'il possède votre dossier médical et effectue le suivi de votre santé. Sachez toutefois que vous portez la responsabilité des réponses apportées : répondez honnêtement sans rien omettre, car en cas de fausse déclaration intentionnelle ou non intentionnelle, vous risquez l'annulation du contrat d'assurance et la perte des primes déjà versées.

Toutes les informations transmises dans le questionnaire de santé sont couvertes par le secret médical. Le médecin conseil de l'assureur reçoit le document sous pli confidentiel ou via votre déclaration informatique sur un réseau sécurisé. Il transmet ensuite ses conclusions à l'assureur.

Les cas où le questionnaire médical doit être complété

En fonction de votre âge, de vos antécédents médicaux et de votre mode de vie (tabagisme, alcool, surpoids), également de la somme empruntée, le médecin-conseil de l'assureur demandera des compléments d'information : examen médical, prises de sang, électrocardiogramme, analyse d'urines, mammographie, test d'effort. 

L'examen médical est systématique à partir de 65 ans et pour tout financement à partir de 300 000 €. Certains assureurs sont plus souples et placent le curseur plus haut, comme SwissLife qui se contente d’un questionnaire quelque soit l'âge pour un prêt jusqu'à 200 000 €.

Chez ce même assureur, la visite médicale est requise à partir de 45 ans si la somme empruntée excède 400 000 €. 

Certaines compagnies d'assurance orientent l'assuré vers des centres médicaux agréés, habitués à pratiquer tous les examens requis pour la souscription d'une assurance de prêt. Vous êtes libre de consulter ou non le praticien recommandé. Les frais peuvent être pris en charge par l'assureur. Les résultats sont valables six mois, vous pouvez donc les utiliser pour plusieurs demandes de souscription, et ainsi faire jouer la concurrence pour obtenir la meilleure offre en termes de garanties et de tarifs. 

N'oubliez pas que vous avez le droit de choisir librement le contrat d'assurance et qu'une formule déléguée sera, dans la plupart des cas, deux voire trois fois moins chère que le contrat groupe de la banque. La condition est que le contrat alternatif présente des garanties au moins équivalentes à celles du contrat bancaire.

Les risques de santé aggravés

Selon les résultats des examens complémentaires, l'assureur décidera de couvrir le prêt avec ou sans surprime, et/ou d'appliquer ou non des exclusions de garantie. Les maladies non objectivables comme les affections dorso-vertébrales, les troubles psychiques (dépression, burn-out, etc.), ou la fatigue chronique sont toujours exclues des garanties incapacité et invalidité, mais peuvent être rachetées moyennant surprime et sous certaines conditions (hospitalisation durant un nombre de jours minimum).

En cas de risques de santé aggravés, vous bénéficiez de la convention Aeras, un dispositif opposable aux assureurs et aux banques qui facilite l'accès à l'assurance et au crédit aux personnes ne pouvant être couvertes aux conditions standards. Cette convention prévoit une limitation des surprimes pour un grand nombre de pathologies graves (VIH, hépatite, diabète, maladies cardio-vasculaires, etc.), et des conditions tarifaires standards pour certaines maladies.

Quel que soit votre état de santé, faites jouer la délégation d'assurance. Les contrats individuels des assureurs concurrents des prêteurs vous protègent sur-mesure et pratiquent des tarifs ajustés. Sur la durée totale de votre crédit immobilier, l'économie peut atteindre 15 000 €. Un courtier spécialisé comme Magnolia.fr vous accompagne dans vos démarches et vous aide à trouver l'assurance adaptée à votre profil au meilleur prix.

Publié par Astrid Cousin le

Dernières publications