Urgence dentaire : comment ça marche et quel remboursement ?


L'urgence dentaire est une situation qui exige la prise en charge immédiate par un dentiste ou un chirurgien-dentiste. La douleur est le marqueur principal qui oblige le patient à consulter dans l'urgence son praticien ou un service dentaire. L'acte dentaire effectué en cas d'urgence est remboursé par la Sécurité Sociale et le reste des dépenses est pris en charge en totalité ou partiellement par la mutuelle.

Qu'est-ce qu'une urgence dentaire ?

L'urgence dentaire apparaît dans diverses situations nécessitant de consulter le plus rapidement possible les services d'urgence ou un dentiste. En voici quelques-unes :

  • un traumatisme dentaire causé par un choc (une dent fêlée, déchaussée ou cassée, une fracture de la mâchoire, etc.), 
  • un abcès dentaire,
  • une pulpite ou rage de dents,
  • une couronne expulsée,
  • un accident d'éruption ou poussée dentaire chez l'enfant ou l'adulte,
  • une hémorragie,
  • une sinusite maxillaire,
  • une infection parodontale,
  • une lithiase salivaire (formation d'un calcul dans la glande salivaire),
  • une lésion due à l'appareil dentaire,
  • une complication liée à une opération d'extraction de dents,
  • une infection suite à la pose d'un implant.

Il faut toujours prendre au sérieux une quelconque douleur dentaire, car elle peut engendrer des complications si elle n'est pas prise à temps. Il est impératif de prendre rapidement en charge une urgence dentaire et de se rendre sans tarder aux services médicaux d'urgence ou de consulter en urgence un praticien spécialisé.

Les traumatismes dentaires sont particulièrement fréquents chez les plus jeunes. 50% des enfants et adolescents européens sont victimes d'un accident dentaire avant leur 16ème anniversaire, notamment lors de l'apprentissage de la marche et de la pratique du vélo, du roller ou de la trottinette.

Que faire en cas d'urgence dentaire ?

Le premier réflexe en cas d'urgence dentaire est d'appeler son dentiste référent. S'il ne répond pas ou que le cabinet est fermé, vous pouvez contacter un autre dentiste, qui a l'obligation de vous soigner, ou vous rendre dans le service dentaire hospitalier le plus proche, à défaut, contacter le SAMU.

Pour une urgence dentaire le dimanche, le commissariat vous donnera les coordonnées du dentiste de garde. Et si l'urgence dentaire survient la nuit, l'hôpital de la ville pourra vous prodiguer les premiers soins pour soulager la douleur s'il ne dispose pas d’un service dentaire.

Pour éviter les situations d'urgence dentaire, il est primordial d'observer une bonne hygiène dentaire et de consulter de manière préventive votre dentiste pour contrôler la santé de vos dents.

Que faire en cas d'urgence dentaire pendant une crise sanitaire ?

Avant toute consultation, un dentiste va d'abord évaluer votre état de santé via téléphone, afin de détecter si vous êtes à risques ou non. En fonction de la situation clinique et sanitaire, le dentiste peut ensuite reporter l'acte s'il n'est pas considéré comme urgent.

Il se peut que votre dentiste vous propose un bain de bouche pour réduire une potentielle charge virale buccale. Cependant, l'efficacité de ce traitement sur le SARS-CoV-2 n'est pas encore cliniquement prouvée.

Le dentiste organise ses rendez-vous en fonction de l'urgence, mais également en fonction de votre état de santé. Par exemple, les cas avérés de Covid-19 ne doivent pas croiser les autres patients. Les horaires des rendez-vous sont donc distincts avec une procédure spécifique d'accueil afin de "limiter les contacts entre les patients et de limiter la contamination du cabinet dentaire",préconise la Haute Autorité de santé dans son guide des mesures et précautions lors des soins bucco-dentaires.

L'équipe du cabinet dentaire suit des protocoles spécifiques pour assurer votre sécurité sanitaire. Par exemple, lors d'un soin aérosolisant souillant (soin avec risque de projection de sang, type détartrage), le soignant est équipé d'une tenue professionnelle totale : une surblouse en non tissé ou en plastique, qui protège les avant-bras, des gants à usage unique, une charlotte, un masque et des lunettes protectrices. Et vous devez suivre plusieurs mesures :

  • Garder son masque jusqu'au début du soin et le remettre dès la fin du soin
  • Prendre un bain de bouche antiseptique est préconisé avant tout soin bucco-dentaire
  • L'utilisation du crachoir est condamnée, remplacée par un gobelet, un haricot ou un lavabo dédié

Comment est remboursée une urgence dentaire ?

Remboursement de l'urgence dentaire par l'Assurance Maladie

Une urgence dentaire bénéficie de remboursements identiques à un acte dentaire sur rendez-vous. Le taux de remboursement est de 70% sur le tarif de base. Le tarif conventionnel d'une consultation chez un dentiste ou un chirurgien-dentiste est de 23€ (départements métropolitains), majoré de :

  • 19,06€ pour une consultation le dimanche ou un jour férié, 
  • 25,15€ pour une consultation de nuit (non cumulable avec la majoration dimanche et jours fériés).

Si le praticien consulté est un médecin stomatologue, le tarif de la consultation pour une urgence dentaire est de :

  • secteur 1 : 28 € au taux de 70% ;
  • secteur 2 : honoraires libres, taux de remboursement de 70% sur 23€.

Les tarifs conventionnés des soins dentaires dépendent de l'acte effectué et de l'âge du patient (moins de 13 ans, à partir de 13 ans). Le remboursement par l'Assurance Maladie se fait au taux de 70% sur la base du tarif de convention. L'urgence dentaire comme les soins dentaires courants ne sont pas soumis à la participation forfaitaire de 1€ sauf s'ils sont réalisés par un stomatologiste.

Remboursement de l'urgence dentaire par la mutuelle

La mutuelle vient compléter le remboursement de la Sécu des soins d'urgence dentaire selon le niveau de garantie souscrit. Un renforcement de la garantie dentaire vous permettra de diminuer les restes à charge, qui peuvent être conséquents quand ils concernent les actes autres que les soins conservateurs. Une garantie dentaire efficace vous proposera un remboursement qui va au-delà du ticket modérateur, jusqu'à 400% du tarif conventionné.