Les villes où les prix de l'immobilier ancien augmentent, celles où ils baissent


Dans son baromètre des prix des logements, le site d'annonces immobilières SeLoger observe une tendance à la hausse sur l'ensemble du territoire, avec quelques poches où les valeurs font de la résistance, voire reculent sur un an.

Tendance haussière dans 75% des grandes villes

Le baromètre LPI-SeLoger de juillet 2017 indique que les prix de l'immobilier ancien augmentent dans la majorité des grandes villes. L'étude porte le prix du mètre carré signé des appartements, c'est-à-dire vendu, dans 34 villes. Sur un an, 26 agglomérations affichent des valeurs en hausse. Le mouvement est très net pour certaines :

  • Nîmes +14%
  • Le Mans +12,9%
  • Besançon +11,7%
  • Tours 11,2%
  • Bordeaux +11%
  • Metz +9,3%
  • Aix-en-Provence +9%

Paris, Nantes, Brest, Lyon et Strasbourg se situent entre 6% et 8,9%, mais, sans surprise, la capitale affiche le prix du mètre carré le plus élevé : 9 100€ soit le record historique. Le prix moyen signé tombe à 4 000€ à Bordeaux, Lyon, Nice et Aix-en-Provence.
Dans certaines zones, la tendance haussière se ralentit, comme à Angers (+0,1%), Reims (+1,5%) ou Marseille (+2,6%), preuve que le marché donne quelques signes d'essoufflement.

Ces agglomérations où les prix baissent

Ces signes sont bien visibles dans 25% des grandes villes. Le marché hexagonal se caractérise toujours par son hétérogénéité. A Rouen (-3,2%), au Havre (-3%), à Saint-Etienne (-5,6%), et à Perpignan (-7,5%), l'évolution du prix signé sur un an témoigne d'un reflux de la demande.
En France, les prix des appartements dans l'ancien ont progressé en moyenne de 4,2% sur 12 mois et de 1,5% au dernier trimestre. Tous logements confondus, le mètre carré coûte en moyenne 3 394€.

Publié par le