Immobilier : 3 conseils avant de vous lancer dans un premier achat immobilier


credit-achat-immobilier-assurance-emprunteur

Être bien conseillé est essentiel pour se lancer et réussir son premier achat immobilier. Concentrez-vous sur trois points fondamentaux : budget, choix du bien et estimation des travaux.

Définissez votre budget

Avant de vous enquérir des biens immobiliers qui pourraient vous convenir, il faut au préalable calculer votre budget. Pour vous aider, vous pouvez consulter deux professionnels : votre banquier et un courtier en crédit immobilier. Grâce à leurs outils de calcul, ils pourront estimer votre capacité d'endettement à partir des éléments que vous leur fournirez (charges, revenus, épargne, apport personnel, aides publiques éventuelles). A partir de ces données, vous aurez une idée du financement dont vous pourrez disposer.

Par principe, votre taux d'endettement une fois obtenu le crédit immobilier ne doit pas excéder 33%, c'est-à-dire que vos remboursements ne doivent pas dépasser un tiers de vos revenus. Une référence facile à retenir : la future mensualité devra être peu ou prou équivalente au montant de votre loyer actuel.

Autre point important : n'hésitez pas à comparer les taux de crédit de différentes banques mais également votre assurance de prêt. Comment ? Grâce à un courtier physique ou bien un courtier en ligne. Attention, concernant l'assurance de votre crédit immobilier, vous pourrez économiser jusqu'à 50% en choisissant de prendre une assurance inviduelle au lieu de celle proposée par votre banque. Si votre banquier fait de la résistance, dans un premier temps, prenez l'assurance groupe de votre banque et profitez de la loi hamon pour résilier la premiere année de votre contrat. Chez Magnolia.fr, nos clients économisent en moyenne 15 000 euros sur leur assurance emprunteur. Pensez-y ! Vous souhaitez en savoir + ?

SIMULEZ VOS ECONOMIES

Soyez accompagné pour un professionnel de l'immobilier

Cela semble tentant d'acheter entre particuliers pour éviter les commissions d'agence. Mais l'avantage est vite oblitéré par les risques que représente ce type de transaction, même si l'acte de vente passe inévitablement par le notaire comme pour toute cession immobilière. Le risque premier est l'échec de l'opération par une méconnaissance du marché de la part de l'acheteur et du vendeur. L'autre risque majeur est d'acheter un bien dont les malfaçons vous auraient échappé. Pour éviter ces écueils, il est préférable de faire appel à un professionnel : l'agent immobilier.

Selon la jurisprudence, l'intermédiaire immobilier est tenu d'une obligation d'information et de conseil qui implique non seulement qu'il délivre loyalement toutes les informations en sa possession de nature à influer sur la décision de l'acquéreur, mais aussi qu'il se renseigne lui-même sur tous les points d'une certaine importance (Cour d'appel de Douai, 1ère chambre civile, 12 mai 2016, n°15-01729). La profession d'agent immobilier est très encadrée et la jurisprudence fournie quant au respect de ses obligations à l'égard des deux parties (acheteur et vendeur). Qu’il soit exclusif, semi-exclusif ou simple, le mandat va définir les contours du projet que vous lui confiez et préciser les conditions essentielles de sa réalisation. Attention, l'agent immobilier est lié par une obligation de moyens et non par un devoir de résultat.

Estimez le montant des travaux

Bien estimer le coût d'un bien immobilier passe nécessairement par la question des travaux. Le rôle de l'agent est de vous alerter sur les défauts du logement et sur les parties qui requièrent rénovation. En évaluant au plus juste l'ampleur des travaux (parquets, huisseries, sanitaires, toiture à changer, mise aux normes électriques, isolation,...), vous pourrez obtenir une décote sur le prix de vente.

Chargé du transfert de propriété et garant de la sécurité juridique, le notaire est aussi compétent pour déterminer la valeur d'un bien et procéder à une expertise immobilière. Il est notamment tenu de vérifier que les diagnostics obligatoires, préalables à la vente, ont bien été faits avant la signature de l'avant-contrat.

Publié par le